Si j’étais Madjer

Rabah ou Mustapha Madjer, n’est pas un idiot. En comptant monter une équipe basée sur des joueurs locaux, il sait ce qu’il fait.

Ils seront   actifs et présents à satiété. Ferhat, un enfant de Bab El Oued, n’a jamais trouvé à dire ou à redire  quand il était sur le banc de touche pendant plus de 3 ans. Il a patiemment attendu son heure et aujourd’hui, il se montre comme le futur patron des verts. Ce qui manque à l’équipe nationale, c’est un patron, un leader, un meneur de la trempe de Belloumi et Zizou Ferhat a démontré qu’il était tout prêt pour.

Par contre, celui qui a été meilleur joueur de la ligue anglaise en 2017, se prenant pour Maradonna, n’a nullement justifié son statut. Connaissant votre chroniqueur, quelque peu vieux jeu car donnant une grande part à l’éducation, il m’est inconcevable que Mahrez ne serre pas la main tendue par Madjer à son remplacement en seconde période contre l’Iran pays qui n’a rien d’un foudre de guerre mis à part ses missiles balistiques.

Ce n’est là qu’un match amical et le coach se devait d’essayer plusieurs opportunités. Messi a été remplacé à la 20ème minute lors d’un match contre le Brésil, en sortant il a étrenné son coach. Un vrai professionnel n’aurait pas réagi comme l’a Fait Mahrez. Donc ce dernier est bel et bien algérien : mal élevé, sa mère ne l’a pas éduqué comme on dit chez nous (yemmah ma rabatouche).

Si j’étais Madjer je ne convoquerais plus ni Mahrez, ni Brahimi (qui a déjà eu le même comportement, ni Bannaceur (pleurnichant pour rejoindre son club minable en championnat français), ni Mandi promu capitaine tout comme Fakhamatou Erraïs nommé Président.

M. Kassi

%d blogueurs aiment cette page :