Statue de Ain El Fouara de Sétif : Mihoubi charge violemment les islamistes du FJD d’Abdallah Djaballah  

« C’est vous qu’on doit mettre au musée », déclare Mihoubi en réaction à la demande des députés islamistes.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La statue de Ain El fouara à Sétif suscite la polémique entre les députés islamistes et le ministre de la culture, Azzedine Mihoubi. Face au forcing des islamistes qui veulent empêcher la remise de cette statue représentant une femme nue à sa place, au centre ville de Sétif, le représentant du gouvernement adopte la fermeté.

En effet, l’Assemblée populaire nationale (APN) a été le théâtre d’un échange peu protocolaire entre les députés du parti islamiste FJD-Addala que préside Abdellah Djaballah, et Azzedine Mihoubi.

Prétextant un « souci de protéger » cette œuvre du sculpteur français d’origine italienne Francis de Saint-Vidal, réalisée il y a 120 années de cela, ces élus islamistes réclament son déplacement dans un musée. « Non ! », rétorque le ministre en s’adressant, avec des mots durs, à ses interlocuteurs, dont l’islamiste radical, Hassan Aribi et son chef du groupe, Lakhdar Benkhellaf.

Selon lui, la statue « demeurera à sa place et ne sera jamais déplacée au musée ». « Elle a fait l’objet récemment d’un acte de vandalisme occasionnant des dégâts dans certaines de ses parties, ne sera jamais transportée au musée. Le déplacement de la statue constituera un précédent grave qui ouvrira le champ à des opérations de déplacement de toutes les statues au musée. Que restera-t-il dans nos rues ? », demande-t-il.

Et d’ajouter : « C’est vous qu’on doit mettre au musée ». Et face à la contestation des députés concernée, le ministre clarifie ses déclarations devant les journalistes à la fin de la séance de l’APN consacrée aux questions orales. « Mes réponses sont claires. J’ai dit que ce sont ces idées sur le déplacement des statues qui doivent être mises définitivement au musée. Je n’ai pas parlé de personnes », indique-t-il.

Mais les auteurs de cette demande indécente montent à nouveau au créneau pour s’en prendre au ministre, en qualifiant ses réponses « d’indignes ». « La meilleure place pour les statues est dans les musées. Nous n’avons pas demandé sa destruction », justifient-ils, en tenant de taire leur arrière-pensée.

Selon Azzedine Mihoubi « la statue a été restaurée à titre gracieux par des compétences relevant des établissements culturels en charge de l’archéologie». « Elle sera bientôt remise à sa place initiale », ajoute-t-il.

  Massinissa Ikhlef 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :