Taghzout, sinistrés depuis 2012, deux citoyens non encore relogés

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Deux citoyens, de la localité d’Ighil Umenchar, commune de Taghzout, une dizaine de kilomètres au nord-est du chef-lieu de la wilaya de Bouira, ne sont pas relogés depuis 2012. C’est l’année où 15 habitations du village, qu’ils habitaient depuis longtemps avant cette année fatidique, sont tombées suite à de fortes chutes de neige et de pluies diluviennes.

La matinée du 18 avril 2012, les habitants de cette localité se sont rendus compte que leurs maisons tanguaient comme des bateaux au moment d’une tempête. En sortant de chez eux, ils trouvèrent leurs maisons presque enfouies dans de la boue et au milieu de grandes mares  l’eau. Déclarés sinistrées, ils furent évacués aussitôt par les agents de la protection civile vers des écoles du chef-lieu de leur commune de résidence : Taghzout.

Ils furent provisoirement relogés dans des infrastructures de l’éducation nationale avant d’être évacués manu militari à l’approche de l’année scolaire. Malgré leur refus de quitter les établissements scolaires, par solidairté, s’ils ne bénéficient pas tous de logements, ils ne furent pas entendus. 13 seulement sur 15 des sinistrés d’Ighil Umenchar auront des logements après avoir attendu trop longtemps. Les deux citoyens, restés sans logements jusqu’à présent, sous prétexte qu’ils étaient célibataires à l’époque, (entre temps, l’un d’eux s’est marié mais n’a toujours pas eu de logements), ont frappé à toutes les portes mais sans résultats.

Les deux sinistrés, Manser Mohamed ben Slimane et Manser Farid ben Ali ont déjà bénéficié d’aide à l’habitat rural, cela veut dire qu’ils ne peuvent plus bénéficier de logements dans tout autre cadre. Il ne leur reste que cette formule de sinistré pour pouvoir être relogés. Cela fait 06 ans qu’ils attendent.

                                                                                        Slimane Chabane

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :