Tamazight : L’élaboration du projet de création de l’Académie à un stade avancé

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Introduction de Yennayer dans la liste des fêtes nationales et préparation du projet de loi portant création de l’académie de la langue amazighe. Ce sont les plus importants points examinés, aujourd’hui, en conseil des ministres.

En effet, le conseil des ministres a adopté d’abord le projet d’amendement de la loi de juillet 1963 relative aux fêtes légales du pays. Le texte devra être soumis prochainement au parlement pour examen et adoption. Yennayer, rappelons-le, a été fêté de manière officielle le 12 janvier dernier.

Abordant la question relative à l’Académie de la langue Amazighe, le communique de la présidence annonce que l’élaboration de la loi organique relative à la création de cette instance « est à un stade avancé ».

« Le Président Bouteflika a invité le gouvernement à hâter la présentation au Parlement du projet de loi organique relatif à la création de l’Académie de langue amazighe, placée auprès du Président de la République, sachant que ce projet de loi organique est déjà à un stade avancé de préparation », lit-on dans le communiqué du conseil des ministres diffusé par l’agence APS.

La création de cette Académie était, pendant de longues années, parmi les revendications des militants de la cause amazighe. Ce n’est qu’en 2016, à la faveur de l’amendement de la Constitution, que le pouvoir a cédé sur cette question, en élevant Tamazight au rang de langue nationale et officielle.

Ce texte prévoit la création de l’Académie algérienne de la langue amazighe, placée auprès du président de la République. La Constitution amendée stipule, rappelons-le, dans son article 4 que « Tamazight est également langue nationale et officielle et que l’Etat œuvre à sa promotion et à son développement dans toutes ses variétés linguistiques en usage sur le territoire national ».

Selon le communiqué de la présidence, le chef de l’Etat avait enjoint aussi au gouvernement de « ne ménager aucun effort pour la généralisation de l’enseignement et de l’usage de tamazight, conformément à la lettre et à l’esprit de la Constitution ». En décembre dernier, plusieurs régions du pays, notamment la Kabylie, ont été le théâtre d’une forte mobilisation populaire durant laquelle les manifestants ont exigé la généralisation de l’enseignement de la langue amazighe à travers tout le territoire national.

Massinissa Ikhlef 

 

 

 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :