Une première : quatre partis maghrébins, dont le RCD, veulent créer une instance commune de débats.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Quatre partis politiques maghrébins viennent de signer un accord pour la création d’une instance de débats et de propositions. Il s’agit du RCD (Algérie) du PAM (Maroc), d’Al-Jamhouri (Tunisie) et du PNL (Libye). Réunis en marge des travaux du cinquième congrès du RCD, tenu le 9 et 10 février dernier à Alger, les membres de ces formations se sont mis d’accord sur la création d’une structure leur permettant d’engager le débat sur l’avenir de l’Afrique du Nord et du Sahel.

« Les signataires projettent de se doter d’une instance de débat et de propositions et de se retrouver chaque année dans un des six pays concernés afin d’évaluer l’écho et l’avancement effectif de leur initiative », précisent-on dans une déclaration commune rendue public, aujourd’hui.

Selon la même source, les délégations des quatre partis concernés avait engagé un débat concernant  l’avenir de la zone péri-saharienne. Ils se sont entendus, selon la déclaration, pour donner à leurs relations un prolongement et un suivi plus soutenus dans des termes et des formes qu’elles se proposent de préciser dans les meilleurs délais.

« Cette initiative est à la fois dictée par des exigences historiques et des considérations politiques dont les implications géopolitiques sont de plus en plus pressantes », ajoutent les signataires de cette déclaration.

Outre l’urgence de donner un cadre crédible, opérationnel et adapté à la situation des quatre pays d’Afrique du Nord afin de dépasser les fragmentations de leurs potentiels politiques et économiques qui figent le sous continent nord africain dans l’immobilisme et les menaces de régression voire de déstabilisation, précise-t-on, l’ensemble des participants considère « qu’un nouveau pacte englobant les quatre pays sus-cités et les nations riveraines du Sahel s’avère être désormais un impératif, économique, environnemental et sécuritaire qu’aucun alibi ne peut occulter ».

Les responsables des quatre partis se disent « convaincus que les perspectives d’un nouveau repositionnement et agencement de leurs territoires respectifs doivent transcender les conjonctures et aléas qui ont ignoré, contraint ou volontairement combattu un destin que les nouvelles situations nationales et les évolutions internationales commandent désormais d’inscrire comme l’une des urgences majeures de l’agenda régional ».

En lançant cette initiative, les signataires invitent également « l’ensemble des forces progressistes de nos pays à s’associer à nos débats pour arriver dans les plus brefs délais à créer un climat politique de fraternelle confiance qui implique activement nos concitoyens dans une opportunité capitale qui conditionne nos souverainetés, préalables à nos développements que les gouvernements concernés n’ont pas pu honorer ».

Massinissa Ikhlef 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :