Bouira, 300 localités manquent d’eau

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

C’est le chiffre avancé par des élus de l’APW de Bouira, en cette deuxième journée de la première session ordinaire de l’année en cours. Pour le secteur de l’eau, inscrit à l’ordre du jour, même la direction des ressources en eau, dans son rapport sur la situation, signale l’existence de 20 points noirs entre réhabilitation et rénovation de collecteurs et de réseaux. De même que dans le rapport, les zones d’activités ne sont pas citées «comme si on n’a pas besoin d’eau dans une zone industrielle» fera remarquer un élu.

Le problème des «retenues collinaires envasées et l’absence de bassins de lagunages» a été également une des difficultés rencontrée par rapport à la gestion de l’eau dans cette wilaya. Et justement, en termes de gestion, soit, elle est mauvaise soit elle est totalement absente. En effet, les représentants de la population ont relevé des contractes qui ne laissant pas indifférents. Et pour cause, nous avons des communes, à l’image de Saharidj, où le «Maire demande à la population de laisser les robinets de leurs sanitaires ouverts en raison du débit immense de la source dit « l’Ainser Aberkane» en amont et qui risque de faire exploser les canalisations du réseau de distribution alors que quelques kilomètres plus bas dans la commune de Mchedallah, les citoyens consomment l’eau du barrage en quantités très insuffisantes. «Vous avez aussi des municipalités, situées non loin du barrage de Tilesdit dont les habitations ne sont alimentées qu’une fois tous les 20 jours comme certains villages de Taghzout» ajoutera un membre de l’APW.

La qualité du réseau d’AEP a été également jugé inadéquate, voire dangereuse pour la santé du citoyen puisque ancienne, vétuste et faite de «canalisations en acier, en cuivre auxquels souvent on a ajouté de l’amiante, matière qui provoque le cancer» préviendra un membre de l’institution. Plusieurs intervenants, aborderont dans le même sens, à qui le président de l’APW répondra que «entre refaire l’ancien réseau ou alimenter des localités sans eau jusqu’à présent, je choisis la 2éme solution.» Or, au niveau de la wilaya de Bouira, plus de 30 000 personnes ne bénéficient pas de réseau d’alimentation en eau potable et plusieurs localités et cités n’ont pas de réseau d’assainissement comme des cités de la ville d’El Adjiba et Ighzer Umezyab dans la commune d’Ahnif. Et ce ne sont que des exemples.

Slimane Chabane

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :