Bouira, protestation de l’intersyndicale, la marche empêchée

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’action de protestation, à laquelle a appelé l’intersyndicale, a été empêchée par les éléments de la force anti-émeute au niveau de la ville de Bouira.

Les 04 rassemblements régionaux auxquels a appelé la coordination des syndicats autonomes devaient avoir lieu au niveau de Laghouat, Oran, Constantine et Bouira.

Les revendications des grévistes sont d’ordre socio professionnelles et se résument à la défense du pouvoir d’achat du citoyen, la question de la retraite, les conditions de travail  …

A Bouira, les protestataires, issus de  de plusieurs secteurs dont l’éducation, Algérie poste, la santé, l’enseignement supérieur … ont d’abord tenté un rassemblement devant le siège de la wilaya où une session de l’APW se tenait depuis lundi passé. Mal leur en prit car un grand nombre de policiers placés devant l’institution les ont dissuadés en les molestant et en interpellant l’un d’entre eux.

Les Elus RCD à l’APW de Bouira furent les seuls qui sortirent de la salle de délibérations pour exprimer leur solidarité aux manifestants et faire un bout de chemin avec eux.

Les manifestants se rabattirent sur l’esplanade de la maison de la culture où après s’être rassemblés, ile revinrent tenir leur sit-in devant la siège de la wilaya. Ils furent brutalisés une seconde fois par les policiers qui les malmenèrent.

Devant l’impressionnant dispositif de sécurité et l’impossibilité de se mouvoir, serrés qu’ils étaient par les forces anti-émeute, les protestataires décident alors d’improviser une marche jusqu’au siège de la direction de l’éducation. Tout au long du trajet, ce furent des brutalités et des brimades des policiers qui «accompagnèrent»  les marcheurs dans le but de les dissuader de continuer leur action. Arrivés au niveau du quartier «farachati», les protestataires tinrent un rassemblement qui ne dura pas longtemps puisqu’ils sont chargés par les policiers qui interpellèrent dix manifestants.

Revenus dans la salle de délibérations de l’APW, les Elus RCD ont tenu à informer leurs pairs de «la répression de l’action de contestation pour des revendications qualifiées de légitimes par les pouvoirs publics.» les Elus progressistes, ont dénoncé le «bâillonnement» qui frappe toute voix discordante.

Encore une fois, le pouvoir ne connait que la matraque comme réponse aux actions pacifiques de protestation et de revendication des travailleurs.

Slimane Chabane

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :