Le Liban et le Libéria s’unissent contre l’Algérie. Selon l’APS bien sûr.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Après avoir créé les enfants d’octobre 1988, les terroristes des années 1990, les drogués barbituristes des années 2000, aujourd’hui qu’on a rien à ce mettre sous la dent surtout que le ramadan approche, on nous sort une histoire d’espions au profit de l’Etat israélien, gambadant entre Ghardaïa et Oud Souf.

Si j’étais espion, je ne m’aventurerais jamais dans ces contrées isolées, démunies de tout à moins que j’aille vérifier la couleur du gaz de schiste que l’Etat algérien pense être une solution miracle à l’amaigrissement de son portefeuille.

Si j’étais espion je ne ferais pas comme les harragas subsaharien trimbalant leur canoë pneumatique à travers 2000 kilomètres pour tomber en fin de compte nez-à-nez avec les antiémeutes venus accueillir les retraités de l’ANP.

Des espions au service de Tel-Aviv, cela ressemble à un poisson d’avril mal inspiré. Benyamin Netanyahu a plus de Palestiniens à fouetter dans la bande de Gaza que de se rabibocher avec des Mozabites éternels vendeurs de tapis qui n’ont rien d’autre à vendre ni à trahir. Circulez-y à rien à voir à Béni Izguen, ni base nucléaire, ni armes chimiques, ni Déglette Nour pourrie par la remontée des eaux salées du proche désert.

Pour ce mois de ramadan, l’APS devrait trouver autre chose, un autre scénario pour nous occuper. Les espions en Algérie, n’ont rien à espionner. Car c’est le vide total. Donc le désert politique, économique et culturel…

M. Kassi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :