Syndicats : le ministère du Travail accentue son entreprise liberticide

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

 

Décidément, le ministère du travail veut en finir avec le pluralisme syndical en Algérie. Etant une des rares formes d’organisation qui échappe encore aux entreprises de déstabilisation, les syndicats autonomes risquent d’être attaqués sur le plan de la conformité avec la loi.

C’est ce que confirme, en tout cas, le département de Mourad Zemali à travers un communiqué rendu, public aujourd’hui. En effet, quelques jours après avoir distillé des rumeurs concernant la représentativité de certains syndicats, dont ceux de l’éducation, le ministère du travail rend public un communiqué dans lequel il présente, seulement, les organisations qui gravitent autour du pouvoir comme « les seules à avoir respecté la réglementation ».

Elles sont au nombre de 17 sur les 30 syndicats ayant envoyé au ministère les documents prouvant leurs représentativités. «Trente (30) organisations syndicales de travailleurs sur 65 ont répondu favorablement aux demandes de renseignements publiées sur le site officiel du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale sur la représentativité, dans le délai légal, soit le 31 mars 2018 », souligne le ministère.

Ce constat, ajoute la même source, a été établi après l’examen des dossiers de représentativité des organisations syndicales de travailleurs enregistrées, conformément aux dispositions de la loi n 90-14 du 2 juin 1990, modifiée et complétée, relative aux modalités d’exercice du droit syndical.

Selon le même communiqué, 17 sur les 30 organisations syndicales ont adhéré et ont transmis les éléments de la représentativité, selon les nouvelles formalités, en renseignant et en transmettant les informations, soit en téléchargeant le nouveau canevas d’information à partir du site officiel du ministère, ou dans le CD ROM qui leur a été transmis.

Ainsi, selon la logique du ministère du travail, tous les syndicats autonomes puissants dans les secteurs de l’éducation, la santé et même la presse ne sont pas représentatifs. De ce fait, ils risquent d’être empêchés d’activer légalement, alors leurs action sur le terrain a plus d’impact que celui de la centrale syndicale UGTA.

Massinissa Ikhlef 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :