Fine koum ya Aârab ?

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ce cri interrogatif a été lancé en 1982 lors des massacres de Sabra et Chatila par une femme éplorée par la perte de tous les membres de sa famille tués sous les bombardements d’Ehud Barak le devancier de Benyamin Netanyahu.

Trente six ans après, le même cri peut être réitéré car rien n’a changé. Ni les Arabes ni les Israéliens. Les premiers sont toujours aussi lâches, les seconds quant à eux ont redoublé de férocité.

Les Israéliens incapables de se venger directement sur les Allemands qui leur ont fait subir les pires atrocités, se tournent vers des Palestiniens démunis et trahis par leurs soi-disant frères. Les occidentaux complexés et culpabilisant de n’avoir pas bougé le petit doigt pour sauver les juif de l’holocauste, ferment les yeux face à la fureur des sionistes et surtout au fric de leurs lobbys et diasporas.

Un seul pays a osé rappeler son ambassadeur à Tel Aviv. Ce pays n’est ni musulman ni arabe. Il s’agit de l’Afrique de Sud. Le pays de Nelson Mandela. Qu’a fait le roi du Maroc ? Il ne peut rien faire puisqu’il fait presque la même chose en territoire sahraoui et qu’il est trop occupé à trémousser du postérieur envers Macron et à invectiver l’Algérie. Et ceux de Jordanie, de l’Arabie saoudite, enfin tous ?

On ne peut pas s’improviser héros ou sauveur lorsqu’on traîne derrière et devant soi un boulet recouvert de sang, de corruption, de lèche  bottes et d’entrave à la liberté de son peuple.

Ce boulet, tous les Etats arabes le traîne. Je dis bien tous, sans exception aucune.

Même nos miséreux djihadistes ont une trouille « verte » d’aller prêcher et commettre des attentats suicides sur les terres palestiniennes occupées.

Allah serait-il à géométrie fixe et non variable ?

M. Kassi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :