Grave saignée à Sonatrach : Départ de 10 mille travailleurs en trois ans  

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La compagnie nationale des hydrocarbures, Sonatrach, a connu une véritable saignée durant les trois dernières années. Le groupe, ne pouvant plus motiver ses travailleurs, a perdu 10 000 salariés chipés par grandes compagnies offrant des plans de carrière plus alléchants.

Cette situation est reconnue par le PDG de la Sonatrach, Abderrahmane Ould Kaddour, qui admet qu’il s’agit d’une situation grave. Affirmant que le groupe qui emploie un effectif de 120 000 salariés, a perdu 10 000 travailleurs.

S’exprimant, aujourd’hui, devant les sénateurs lors d’une journée parlementaire sur l’Énergie, Ould Kaddour affirme que Sonatrach « n’est pas en mesure » de stopper cette signée en ce sens que le groupe ne peut pas offrir les mêmes avantages salariaux que les grandes sociétés multinationales.

Le PDG de Sonatrach n’exclut pas « qu’il y ait des départs massifs à l’avenir en raison de l’environnement très concurrentiel et des politiques salariales très agressives des grands groupes pétroliers qui cherchent à embaucher des cadres et employés expérimentés au prix fort ».

Abderrahmane Ould Kaddour reconnaît que la politique salariale très alléchante est une véritable guerre économique de nos jours. « Il n’y a pas de solutions pour empêcher les travailleurs et les cadres de partir au profit des grands groupes pétroliers », indique-t-il, devant les membres de la chambre haute du Parlement.

Selon lui, le secteur pétrolier ne cesse de se développer et demande beaucoup de ressources humaines. « Mais nous n’avons pas les moyens ni les capacités nécessaires pour retenir ces cadres et salariés, face aux offres mirobolantes des multinationales », ajoute-t-il.

Massinissa Ikhlef 

 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :