L’Armée algérienne fair-play

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

S’il faut reconnaître une chose (peut-être la seule) à notre Armée, c’est bien sa discipline. Malgré tout ce qu’on peut lui reprocher, il faut bien assumer que les éléments de ce corps constitué, ont maintes fois sauvé la République, ou ce qu’il en reste, des déboires causés par ceux qu’on  appelle les civils.

Comme si Ahmed Ouyahia assis au côté de Gaïd Salah dans les tribunes du stade du 5 juillet, était un civil au sen civilisé du terme.

La finale de coupe d’Algérie militaire nous a dévoilé la véritable valeur de nos professionnels payés à coups de millions pour le piteux spectacle qu’ils nous offrent chaque week-end, que cela soit d’un point de vue éducatif ou footballistique.

Mal élevés, parfois drogués, les joueurs pro de Mobilis, nous ont habitués à l’horrible scénario des violences faisant pratiquement acte d’activité culturelle. La 46ème finale dédiée à Djillali Bounâama, ayant opposé la 1ère Région Militaire à l’Ecole Technique de l’Intendance, malgré un score lourd de 5 à 0 en faveur de la 1ère R.M, nous a prouvé que l’éducation et la discipline ne sont pas innées mais s’apprennent par l’ordre non par les millions.

Le fair-play lors de cette finale militaire a été exemplaire (reconnaissons tout de même que même JSK – USMBA l’a été aussi). Aucun joueur n’a contesté les décisions de l’arbitre. A chaque anicroche ils s’empressaient de se serrer la main et à la fin tout le monde s’embrassait. Selon nos informations, les joueurs militaires ne perçoivent pas des millions en guise de prime, mais juste une permission pour rendre visite à leur famille.

Pour mettre fin à la violence et à la corruption qui gangrènent notre football, pourquoi ne pas obliger les pseudo-professionnels à s’engager dans l’Armée ?

M. Kassi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :