Selon le capitaine Léger Le FLN n’a jamais fait confiance à ses militants. J’en ai profité

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Et cela se vérifie de nos jours si tant est que la théorie développée par Jean Paul Mari dans son horrible documentaire diffusé par France 5 dimanche 13 mai, soit plausible.

Horrible dans le cas où tout ce qui y est montré et narré soit vrai. Car alors, on comprendrait pourquoi le visa d’entrée en Algérie lui a été refusé. On serait alors stupéfait d’apprendre qu’une simple prostituée du réseau FLN d’Ali la Pointe, « Houria la brune », retournée, a suffi pour aider à l’arrestation du Chef de guerre de la Casbah Yacef Sâadi. Qui à son tour indiquera, sous la torture, aux paras la cache d’Ali la Pointe, Bouhmidi, le Petit Omar (11 ans) et Hassiba Ben Bouali.

Sous le mot d’ordre « on ne fera pas de meilleurs morts avec un diplôme », le FLN avait appelé les étudiants et lycéens à rejoindre le maquis. Appel auquel ils ont spontanément répondu comme l’ont fait les footballeurs professionnels évoluant en France.

Ceux qui devaient être les cadres de l’Algérie indépendante, furent malheureusement horriblement torturés et assassinés sous prétexte d’une purge visant les traîtres ayant infiltré les rangs de l’ALN. Mahiouz dit « la torture », un ancien de la Gestapo dont une célèbre place porte aujourd’hui le nom, aurait été le principal artisan de ces « abattages » sans aucune preuve de cette supposée trahison.

Cette bleuite initiée par les services secrets français s’étalera aux six wilayas alertées par le colonel Amirouche victime de l’influence d’une certaine Rosa (finalement c’est vrai que pas mal de femmes ont joué un rôle durant la guerre…) et aurait fait pas moins de 4000 victimes tuées par ordre de chefs de régions gangrenés par la suspicion et obsédés par la pureté de la Révolution. Une pureté parfois stupide qui emmenait des guérilleros à couper lèvres, nez et oreilles à ceux qui osaient fumer ou chiquer.

Bien sûr que tout cela est rapporté dans le dit documentaire sans qu’on n’ait aucun moyen de vérification. Mais au vu de la situation actuelle, il est fort à parier que le scénario comporte une grande part de vérité. A moins qu’il y ait quelqu’un pour démentir. Ce qui me semble très peu évident. Voire inespéré.

M. Kassi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :