Sortie du 27ème album de BeihdjaRahal Une nouba mezdj Maya-RasdEddil

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Après avoir offert à son public, une nouba mezdj en 2017, la diva de la musique andalouse, BeihdjaRahal revient avec une nouba mezdj Maya-Rasd-Eddil.

Ce 27ème opus, enregistré en février dernier au studio Aminoss et sorti chez Ostowana, commence par une touchia Maya, suivie d’un Mceder Maya «Afiq min nou’âssi », d’un BtaihiRasdEddil « Mâyahla » et d’un Derdj Maya « Qoumyâhabib ».

Après un IstikhbarMaoual« Kaliftou bi-badrin », la nouba se poursuit par un Derdj RasdEddil « Mâlatach-chams », d’un Insiraf Maya « Aliftou al-boukâ », d’un InsirafRasdEddil « Ghouzayyalîahyaf » et se termine par un KhlassRasdEddil « Ittaqi Allah » et un Khlass Maya « Laysa li fi d-dounya ».

Afin de promouvoir son album, la diva de la chanson andalouse sera sur la scène de la salle El Mouggar à Alger, mardi prochain, à partir de 22h, pour un récital inédit. Elle sera, comme à l’accoutumée, accompagnée de son orchestre de musiciens chevronnés, en l’occurrence NadjiHamma et Amine Belouni au oud, El-hadiBoukoura et Djamel Kebladj à l’alto, Sofiane Bouchafa et Khaled Ghazi aux percussions, Mansour Brahimi à la mandoline, Rafik Sahbi au qanoun, Haroun Chettab au rebab, HalimGuermi au ney et, elle-même à la kouitra.

Le concert sera suivi d’une séance de vente-dédicace qui, sans nul doute, ravira les nombreux admirateurs de cette artiste établie en France depuis plus d’une vingtaine d’années où elle mène une belle carrière artistique.

En effet, outre la création d’une association, « Rythmeharmonie », BeihdjaRahal fait également partie du jury du conservatoire de Paris lors des présentations de thèses de musique traditionnelle.

L’artiste qui a été formée par deux grands maîtres de la chanson andalouse, en l’occurrence ZoubirKakachi et AbderrezakFakhardji, qui lui ont transmis la rigueur de la pratique musicale et la richesse du patrimoine andalou, s’applique à transmette, à son tour etavec la même détermination, cet héritage musical à ceux qui veulent en être les dignes récipiendaires.

Elle confiera à ce titre : « Pendant plusieurs années, tout au début de ma carrière, je souhaitais juste m’affirmer en tant qu’interprète de la nouba. Ce n’est plus le cas. J’essaie de m’imposer en tant que modèle pour la jeune génération, mais surtout de transmettre un travail pédagogique qui sera une base d’initiation et de formation pour tous. Je ne me contente plus d’apprendre à chanter ou à jouer d’un instrument à mes élèves. Je veux qu’ils s’imprègnent d’une civilisation, d’une culture. Je complète les cours par des ateliers particuliers, des journées et des voyages d’étude… ».

Très sollicitée dans toute la France mais aussi dans d’autres pays d’Europe pour l’animation de masters-class et de conférences autour du patrimoine andalou et la musique çanaâ en particulier, BeihdjaRahal continue son travail de recherche pour la mise en valeur du patrimoine andalou. Depuis 1995, date de la sortie de sa première nouba, l’artiste s’attèle à défricher les sentiers de ce legs musical ancestral pour le faire découvrir aux jeunes générations mais surtout le leur transmettre dans toutes les règles de l’art.

Kahina A.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :