Assassinat de Matoub: le témoignage de Zedek Mouloud changera-t-il la donne ?

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Y-aura-t-il un nouveau procès dans l’affaire de l’assassinat de Matoub Lounès ? C’est le souhait de la famille et de la fondation qui porte son nom qui viennent d’introduire, officiellement une requête auprès du Procureur de la république près le tribunal de Tizi Ouzou, lui demandant d’ouvrir le dossier de l’assassinat du « Rebel », le 25 juin 1998.

La demande a été motivée par le dernier témoignage du chanteur, Zedek Mouloud qui a parlé, pour la première fois, de sa présence sur les lieux dix minutes après le lâche assassinat de Matoub Lounès.

«Notre démarche fait suite, je dirais logique, à la déclaration du chanteur Zedek Mouloud juste après son concert à Boudjima lors d’une soirée du mois de Ramadhan dernier. Auparavant, nous ne l’avions jamais cité pour témoigner. Nous ne savions pas qu’il était là, il ne nous l’a d’ailleurs jamais révélé», explique Malika Matoub, sœur du chanteur.La présidente de la fondation Matoub se montré étonnée du fait que Zedek Mouloud s’est tu pendant 25 ans.

«On s’interroge pourquoi tout ce silence pendant vingt ans, sachant que durant toute cette période nous, on était à la recherche du moindre témoignage qui pouvait indiquer ou constituer un élément pour nous éclairer comment l’attentat a été exécuté. Et voilà que Zedek Mouloud dit qu’il est arrivé dix minutes sur les lieux du drame où il dit avoir trouvé la gendarmerie sur place et quelques personnes », explique-t-elle.

Et d’ajouter : « En tant que partie civile, ma mère et moi, nous trouvons sa déclaration capitale et à la fois intrigante, chose qui nous a amenées à nous rapprocher de la justice pour demander la réouverture du dossier, afin que ce nouveau témoin soit cité à comparaître pour témoigner et donner ses vérités». Lors de son dernier concert à Boudjima, dans la wilaya de Tizi Ouzou, Zedek Mouloud avait, rappelons-le, livré, pour la première fois, son témoignage sur cette affaire.

«Je suis arrivé, au plus, 10 minutes après la fusillade. Ca ne pouvait pas faire plus. Quelques personnes étaient déjà là, mais c’était encore tout frais, il était toujours là, allongé par terre, il ne bougeait plus, je me suis rapproché de lui et je l’ai bien vu, il était déjà mort. J’imagine que les tueurs n’ont pas quitté les lieux avant d’avoir la certitude que Lounès avait déjà rendu l’âme. A mon arrivée, il y avait déjà cinq gendarmes qui étaient là et trois à quatre passants, je pense que c’étaient des habitants des environs», avait-il raconté. Ce témoignage changera-t-il la donne, 20 ans après l’assassinat chanteur engagé ?

Massinissa Ikhlef 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :