Boumerdès : tamazight aura de longs obstacles à franchir pour se frayer un chemin

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’enseignement de tamazight ne cesse de reculer dans la wilaya de Boumerdès. Seuls 9017 élèves sur 219 352, tous paliers confondus, suivent les cours de tamazight ; soit 4% de taux des élèves scolarisés sur l’ensemble des établissements scolaires de la région.

Qu’en est-il alors de son caractère obligatoire ainsi que de sa promotion ?

Certains enseignants de cette langue dont le nombre ne dépasse pas les 70 à l’échelle de la wilaya, estiment que tamazight aura de longs obstacles à franchir pour se frayer un chemin. Elle est enseignée que dans 10 localités situées dans la quasi-totalité sur le versant est de la wilaya. Des enseignants ont dénoncé, ainsi, le manque d’intérêt des autorités locales quant à la promotion de cette langue alors que toute la région est berbérophone. « C’est aberrant de voir tamazight reculer même dans les régions berbérophones notamment à Chabet El Ameur, Ait Amrane ou Dellys », nous dira un enseignant de tamazight comparant ainsi les années de son introduction dans le système éducatif et l’état actuel des lieux. Et d’ajouter « à Chabet El Ameur, tamazight était enseignée presque dans tous les établissements scolaires et dans tous les paliers ; mais maintenant, elle recule comme peau de chagrin ».

Dans les grands centres urbains de la région, Bordj Ménaeil, Ouled Moussa ou Boudouaou notamment, l’élève ne bénéficie toujours pas de cours de tamazight.

Par ailleurs, le nombre de candidats au Bac qui vont passer l’examen de tamazight est de 677, un nombre qui recule d’année en année. En décembre dernier, et à l’instar de plusieurs autres régions, des manifestations grandioses ont été organisées à Boumerdès pour réclamer la promotion de tamazight. Des chercheurs en anthropologie, notamment ceux qui ont assisté à une conférence sur Tamazight à Boumerdès en 2014, ont souligné que cette langue ne constitue en aucun cas un obstacle pour la promotion des autres langues. M.Boudjemaa Aziri, docteur en linguistique avait déclaré, que les habitants de l’Afrique du Nord ont une culture bien diversifiée ce qui facilite la pratique du plurilinguisme.

Youcef Zitouni

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :