Boumerdès, la liberté de la presse menacée

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La liberté de la pesse est menacée dans la wilaya de Boumerdès. Les journalistes et correspondants locaux font l’objet de poursuites judiciaires et d’agressions quasi-quotidiennes alors que le principe de la liberté de la presse est protégé par la loi.

Un correspondant d’un journal électronique local, « Boumerdès city », a été esté en justice par un député de l’Alliance Nationale Républicaine (ANR) pour une soi disante affaire d’agression.

L’affaire remonte à avril 2018 ; alors qu’un agent de sécurité travaillant au siège de la wilaya a été victime d’agression par le député cité en haut. Faisant son travail de journaliste, A.Hamid n’a fait que rapporter l’information sans autant citer le nom du député agresseur. Ce dernier a porté plainte et le rouleau compresseur de la justice a été enclenché.

Hier, lors de l’audience, le tribunal pénal a acquitté le journaliste pour manque de preuves l’impliquant dans la diffamation. D’ailleurs, la justice a précisé que le journaliste n’a pas cité, dans la forme, le nom du député en question. Son avocat, Me Afif Chaouch Abdenaceur a défendu son client pour « avoir rapporté l’information pour éclairer l’opinion publique, une mission primordiale pour un journaliste protégé même par la constitution.  » Selon l’avocat, « ce genre d’affaire vise à museler la liberté de la presse et le droit de citoyen à l’information. »

Par ailleurs, le correspondant de la chaine TV Echourouk, Ali Laanani a fait l’objet d’une agression de bandits alors qu’il filmait un reportage sur la pollution qui menace la mer et la région de Boudouaou El Behri. L’oued Mouilha est gravement pollué par les eaux usées qui sont déversées sur la plage causant ainsi une pollution marine galopante. Notre confrère a reconnu les bandits qui, selon lui, règnent en roi dans cette région où ils contrôlent même les parkings notamment au niveau de la plage Mamarine de Boudouaou El Behri.

La question de la sécurité se pose avec acuité notamment pour les journalistes qui travaillent dans de mauvaises conditions et qui sont confrontés quotidiennement à de tels actes au péril de leurs vies. Rapporter l’information n’est pas facile, cela peut vous coûter méme votre vie.

Zitouni Youcef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :