Elections présidentielles, Entretien exclusif avec Zizou

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Q : Alors Zizou, vous renoncez vraiment ?
R : A quoi au Réal de Madrid ou à la Présidence ?
Q : A la Présidence voyons !
R : Alors ne m’appelez plus Zizou, mon nom c’est Abdelaziz et non pas Zine Eddine
Q : Bref, que pensez vous du décret constitutionnel inséré par Liamine Zeroual prévoyant toute activité présidentielle à deux uniques mandats ?
R : Zeroual est un pote, mais il vivait à Batna, loin des réalités algériennes. Il ne savait pas que pour construire un HLM ou un bâtiment AADL, il fallait plus de vingt ans !
Q : Bon, laissons Zeroual en terre étrangère, pourquoi avez-vous démis de ses fonctions, Hamel, alors qu’il vous était un ami fidèle ?
R : « L’ami fidèle », est un vieux livre de langue française post-indépendance. Pour moi l’ami fidèle est de la race des chiens auxquels je ne fais jamais confiance.
Q : L’opposition vous reproche de mettre en danger le pays en briguant un cinquième mandat, est-ce que l’état de la Nation vous fait peur au point de vous dire « y ‘en a marre j’arrête les dégâts ».
R : Tant que mes frères et mes sœurs me conseillent de rester, je resterai. Il y a eu un conseil de famille durant lequel on m’a dit que j’étais le messie et que je n’avais pas le droit d’abandonner le peuple qui me demande de tout temps.
Q : Pouvez- vous nous donner une date du jour où ils vous ont demandé ?
R : Il y a longtemps, du temps où je passais devant la Cour des Comptes.
Q : Donc aujourd’hui « que faire ? »
R : C’est une question à poser à Lénine, moi j’en veux à ceux qui me croient malade, alors que le pays est cancéreux et attend toujours que j’accours à son secours.

M. Kassi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :