Visas Schengen : pas de restrictions, estime l’ambassadeur de France à Alger

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt, dément l’existence d’une quelconque décision de réduire le nombre de visas accordés aux Algériens. Alors que les milliers de demandeurs dénoncent, depuis quelques mois déjà, l’augmentation du nombre de refus de visas et la réduction de la durée de validité de ce sésame, le diplomate français dément.

S’exprimant, ce samedi sur les colonnes du Quotidien d’Oran, il rappelle que les services consulaires français délivrent annuellement 400 000 visas. « Moi, je n’appelle pas cela fermeture de l’espace Schengen. Je vous rappelle qu’on en délivrait 200.000 en 2012 lorsque j’ai quitté Alger », estime-t-il, précisant que l’Espagne délivre 100 000 visas et l’Italie 50 000 autres autorisation d’entrée sur le territoire de l’Union européenne (UE).

« Donc on arrive à un peu plus d’un demi-million de visas délivrés par ces trois pays qui ne représentent pas l’espace Schengen à eux seuls », souligne-t-il. Selon lui, il n’y a aucune décision de l’Union européenne concernant la réduction du nombre de visas accordés en réaction à la limitation des importations imposée par les autorités algériennes.

«Ni le Consul général, dont c’est le métier de délivrer des visas, ni moi, dont ce n’est pas le métier de délivrer les visas, nous n’avons d’instructions en ce sens. Personne, à ma connaissance, ne nous demande de réduire le nombre de visas en réaction à la limitation des importations françaises. Je peux vous assurer que nous n’avons pas de telles instructions. Donc, il faut être très clair là-dessus », lance-t-il.

L’ambassadeur de France à Alger estime également qu’il n’y a pas une nouvelle réglementation en matière de délivrance de visas dans l’espace Schengen. Il parle, en revanche de changement au niveau des procédures.

« Il y a une combinaison de plusieurs facteurs. D’abord, une évolution technique ou technologique, qui ne vaut pas encore pour Oran mais qui vaut pour Alger : c’est l’introduction en France pour l’Algérie (…) d’un logiciel qui s’appelle « France visa » et qui est une première étape avant le dépôt de la demande de visa. Je sais qu’à Alger, cela a donné le sentiment aux Algérois que c’est devenu plus compliqué pour eux de déposer un dossier visa parce qu’il faut à présent avant de prendre rendez-vous s’inscrire à travers un logiciel comme vous le faites quand vous allez aux Etats-Unis », indique-t-il.

Et d’ajouter : « c’est une évolution technologique que l’on va avoir dans tous les pays du monde pas seulement en Algérie mais c’est une première étape vers la dématérialisation des dossiers. C’est-à-dire que dans quelques temps vous n’aurez plus à déposer un dossier papier mais vous ferez tout par informatique. Donc cela peut donner le sentiment que c’est plus compliqué. La deuxième chose, c’est que nous avons changé de prestataire à Alger : nous sommes passés de TLS à VFS pour la prise de rendez-vous ».

Massinissa Ikhlef 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :