Zemali à partir de Boumerdès : « Pas d’effacement des dettes des micro-entreprises »

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le ministre du travail, de l’emploi et de la sécurité sociale a réitéré son niet catégorique quant à l’effacement des dettes des entreprises crées dans le cadre des dispositifs d’aide à l’emploi de jeunes (ANSEJ, CNAC et ANGEM). « Il n’y aura pas d’effacement de dettes pour les promoteurs ANSEJ et autres », a-t-il déclaré, aujourd’hui lundi, lors d’un point de presse organisé à Zemmouri à l’est de Boumerdès. C’est lors de la distribution de 273 logements réalisés par le fonds national de péréquation des œuvres sociales (FNPOS) que le ministre a fait cette déclaration. . « Nous n’allons pas encourager la défaillance de promoteurs. Car, la défaite n’est pas une raison pour réclamer une telle mesure qui n’est bénéfique pour personne. Au contraire, nous aurions souhaité encourager, accompagner et soutenir les entreprises qui ont réussi car elles participent à l’émancipation économique du pays par la création de richesses et d’emploi », s’est-il expliqué.

Le ministre a réaffirmé que la seule mesure en direction des promoteurs en difficultés consiste en l’effacement des pénalités de retards dans le remboursement de crédits. Cette mesure concerne, selon une source, uniquement les entreprises créées après 2011. Il était, par ailleurs, d’un ton menaçant en déclarant que l’Etat a le droit de saisir les équipements d’une entreprise qui a cessé son activité.

Nassim, un jeune entrepreneur, rencontré à Zemmouri nous exprime son malaise ; « J’ai cru en ce monde des entreprises, mais là, c’est la défaillance totale. Comment peut-on expliquer la création de plusieurs micro-entreprises sans leur donner l’accès aux projets ? La loi permet l’octroi de 20 % des marchés aux micro-entreprises mais il n’a pas été appliquée. »

Sur le terrain, c’est le flou total. En plus, plusieurs entreprises ont mis la clef sous le paillasson en raison de l’absence de projets. Près de 500 000 micro-entreprises ont été créées à l’échelle nationale. Dans la wilaya de Boumerdès, près de 7800 entrepreneurs ont lancé leurs projets mais beaucoup d’entre eux n’ont pas réussi. et s’ils n’ont pas pu aller jusqu’au bout, ce n’es pas toujours de leur faute. Dans certains cas, des promoteurs n’ont pas pu finaliser leurs projets. Ils ont été escroqués par des pseudo-fournisseurs et plusieurs affaires trainent dans les couloirs des tribunaux.

Les déclarations tonitruantes du ministre interviennent au moment où des manifestations de promoteurs sont organisées à travers plusieurs wilayas du pays et réclament l’effacement de leurs dettes.

                                                                                             Zitouni Youcef

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :