9e Festival de la robe kabyle: Une édition dédiée à Malika Domrane

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le village Ihamziène dans la commune d’Illoula Oumalou (à une soixantaine de kilomètres de Tizi-Ouzou) sera , aujourd’hui et demain, à la fête. Le 9ème Festival de la robe kabyle a été inauguré ce dimanche.

Organisé par l’association locale Tagmat Ihamziène, ce rendez-vous est, selon Hakim Dahmani, porte-parole de l’association, dédié à la grande dame de la chanson kabyle, Malika Domrane. Pourquoi le choix de cette artiste ? « Pour honorer le parcours de cette grande dame de la chanson kabyle et de la résistance de la femme algérienne », précisera le même intervenant.

Ce festival qui fêtera l’année prochaine une décennie d’existence, a su résister aux aléas divers grâce à la volonté de tout un village qui a fait de la robe kabyle un symbole identitaire. Si, ailleurs, les filles et femmes n’ont pas résisté au vent de la modernité, dans ce village de 600 habitants, on a pu préserver ce pan important de notre tradition vestimentaire. D’ailleurs, pas moins d’une quinzaine d’ateliers de couture, entièrement dédiés à la robe kabyle, accueillent des commandes venant des différentes régions de Kabylie et d’ailleurs.

Selon l’une des détentrices de ce savoir-faire, Mme Fadhma Ghmourassen : « la robe kabyle a réussi à résister à l’invasion vestimentaire et s’est elle-même développée en adoptant des caractéristiques plus esthétiques » et d’ajouter encore que cette tenue traditionnelle, jadis portée par les femmes âgées dans les fêtes, « est devenue un habit quotidien et n’est plus un habit de fête et est portée même par les jeunes filles, grâce à l’évolution esthétique qu’elle a adopté ». Mme Ghmourassen relèvera encore que cette évolution « fait vivre encore des familles et anime un marché de plus en plus florissant qui connaît une commande croissante d’année en année et qui maintien l’intérêt pour ce produit et le métier qui se transmet aux jeunes générations ».

Pour sa part, Linda Ameur, chef du bureau de promotion de l’artisanat au niveau de la direction du tourisme, présente à la cérémonie inaugurale, fera savoir qu’« un total de 1533 artisans sont inscrits au registre de la couture du vêtement traditionnel », selon des statistiques datant de fin 2017. Selon cette même responsable « une vingtaine de femmes ont bénéficié de matériel de couture de la part du Fonds national de promotion de l’activité artisanale traditionnelle (FNPAAT) et sept autres de locaux commerciaux au niveau de la maison de l’artisanat » et ce, dans le cadre de l’aide octroyée par l’Etat pour la promotion des produits de l’artisanat traditionnel.

Le festival qui s’étalera sur deux jours comprend, en sus de l’exposition permanente de robes kabyles, plusieurs activités culturelles (théâtre, musique, défilé de mode, concours de la meilleure robe…) ainsi qu’une table ronde animée par la chanteuse Malika Domrane, à laquelle est dédiée cette édition.

Kahina A.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :