Cinq enfants n’avaient pas le choix : entre Télemly et Disney Land

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

​Imaginez qu’une voix nocturne vous dit que demain, dès votre réveil, prenez un couteau et égorgez votre fils.

​D’abord, je me rends au premier commissariat du coin et je dénonce ce corbeau anonyme, ensuite je me rends au pied du lit de mon garçonnet pour m’assurer qu’il dort. Puis viennent les interrogations métaphysiques. Pourquoi mon fils ? Pourquoi pas ma fille ? Le sang d’un garçon est-il plus pure que celui d’une nana ?

​Plongé dans mes pensées qui de toutes façons ne régleront rien au futur de l’humanité, je me suis rappelé que le 23 août 1998, cinq gosses ont eu la sale idée d’aller jouer à cache-cache dans un tunnel reliant Télemly à Khélifa Boukhalfa avant de se faire égorger par des barbus que Bouteflika a remis par la suite en liberté avec la promesse qu’ils vivront en paix dans un pays réconcilié.

​Ces cinq enfants représentaient-ils un danger pour la fondation d’un Khalifa ? Pourquoi n’étaient-ils pas aimés de Dieu et de ses Anges ?

​Leurs parents trouvant leurs lits vides le lendemain, ont-ils séché leurs larmes pour rejoindre Ould Abbas et Ouyahia et appeler à un cinquième mandat ? Sachant que les enfants de ces derniers vivent entre Montréal et Paris et qu’ils ne risquent donc pas de tomber sur un tunnel obstrué pour s’amuser puisque les billets d’entrée à Disney Land sont payés par papa. Un homme sensé être au service de l’Algérie.

M. Kassi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :