« Djorra » Merouane Benseghir dans les bacs: L’album à écouter sans modération

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Très attendu, le premier album solo de Merouane Benseghir, plus connu sous le nom de Merouane Tarba3t est enfin dans les bacs.

Sorti chez Padidou il y a quelques jours, cet opus très coloré propose de très belles émotions, à travers une musique s’abreuvant aux sources des sonorités algériennes.

Dans cet album intitulé « Djorra » (Compagnie), Merouane Benseghir nous entraîne dans son univers musical et nous fait découvrir ses influences artistiques. Huit titres dont deux en kabyle composent ce nouvel album qui, d’ores et déjà, promet de faire beaucoup parler de lui.

Du chaâbi au raï d’antan, en passant par le kabyle traditionnel, la techno, l’oriental, le rock et on en oublie encore, le chanteur nous fait voyager tantôt dans une musique festive, tantôt dans une musique mélancolique. Les textes, eux, racontent différentes histoires. Des histoires d’amour, d’amitié, de solitude, de rêves brisés, d’espoirs en des lendemains meilleurs,…etc

« Djorra », le titre locomotive de l’album, signé Kamel Azrou, évoque, quant à lui, la compagnie des hommes, qu’elle soit bonne ou mauvaise. Le clip, déjà visible sur la plateforme Youtube, a été réalisé dans un esprit très vaudeville, voire même une caricature joyeuse des fêtes de mariages d’antan.

Dans cet album, Merouane Benseghir confirme, d’ailleurs, qu’il n’est pas seulement un interprète de talent mais qu’il est aussi un compositeur avec une sensibilité à fleur de peau puisqu’il a composé l’intégralité de l’album et écrit les textes des chansons « Chafet ayni ghazel » (J’ai aperçu une gazelle) et « El port » (Le port).

Dans ce dernier titre, Merouane évoque le tragique destin des jeunes candidats à l’émigration clandestine, disparus en mer, tandis que dans « Izdhayrien », il rend hommage aux victimes de la décennie noire. Autre titre, « Essohba », est un hymne à l’amitié et rappelle par son texte et sa musique, l’œuvre du cheikh Dahmane El Harrachi, réputé pour sa sagesse.

Originaire de Seddouk dans la wilaya de Bejaïa, Merouane Benseghir est né à Blida. Passionné de musique, il commence par des reprises de chansons de grands maîtres de la chanson algérienne comme Amar Ezzahi, Dahmane El-Harrachi, Slimane Azem, Cheikh El-Hasnaoui, Sami El-Djazaïri, Matoub Lounès, Hasni, Blaoui El-Houari… qu’il diffuse sur la toile, élargissant ainsi le cercle de ses fans.

En 2010, un groupe d’amis, en l’occurrence Merouane, Aboubakr, Tarek, Sofiane, Fayçal, Mourad et Yacine forment « Tarba3t ». Les amis qui jouaient déjà ensemble depuis plusieurs années, se sont très vite imposés sur la scène musicale algérienne, participants aux galas et festivals et décrochant au passage plusieurs prix.

En se lançant dans une carrière solo, Merouane Benseghir veut tenter une nouvelle aventure. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle s’annonce très prometteuse.

Kahina A.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :