El-Kseur: L’alarme Tirée par le R.C.D Contre la Normalisation de la commune crée le débat

De passage à El-Kseur , une vive discussion ayant trait au devenir écologique et sanitaire de la ville ainsi qu’aux conséquences graves d’une décision prise par le maire de la commune a attiré notre attention . Approchés , les citoyens, peu diserts auparavant ,nous apprirent qu’ils commentaient une déclaration du conseil communal R.C.D d’El-Kseur et de ses élus à l’A.P.C .

Après les présentations , les langues commençaient à se délier davantage :«Le maire est entrain de vendre la ville et la santé de ses citoyens contre un strapontin ou sénat », s’écrie un citoyen et avant d’ajouter furieux :« A défaut de réaliser un vieux rêve qu’il n’a pas pu arracher à travers l’élection législative de 2007 . Il se venge des citoyens , maintenant ».Un de ses concitoyens lui emboita le pas : « Il veut sauver la face de l’administration willayale et celle du wali en nous empoisonnant nous ».

La discussion prit l’allure d’un procés public du maire . Ce qui nous a conduit à aller à la rencontre des auteurs de la déclaration pour nous enquérir des raisons qui ont conduit à leur sortie fracassante .

Dix-huit heures tappantes : la déclaration du R.C.D est toujours collée sur un mur jouxtant le siège de ce parti sis au rez-de chaussée du siège de l’Assemblée Populaire Communale . Là , nous demandions une rencontre avec les élus de ce parti et un représentant local du parti . On nous répondit qu’ils étaient tous là , comme à l’accoutumé . «Ils assurent une permanence quotidienne pour répondre aux doléances des citoyens . » nous dit un quinquagénaire qui s’avère être le président du Conseil Communal . Ce dernier , Mr.Lounis Khaled nous conduisit à l’interieur du siège où nous furent présentés Mme. Bouanani Nacéra , et messieurs Djamel Kacemi et Saïdi Ahmed , élus du parti à l’A.P.C .

D’emblée , le président du conseil communal nous expliqua que la déclaration visait à alerter la population sur les errements du maire et ses velléités à ressusciter les anciennes pratiques et réflexes du système et de nous confier : « L’élément déclencheur est une émission sur la radio Soummam datant de juillet 2018 où l’on remercia le maire d’El-Kseur pour avoir cédé la décharge intercommunale d’Ihamamen (Fenaïa _El-Kseur ) au wali mettant devant le fait accompli toute une population et ses représentants . «Au fait » enchaîna-t-il « le deal a été contracté avec le wali de Béjaïa . Le maire d’El-Kseur a proposé une offre pour le déversement des déchets domestiques de la commune de Béjaïa lors de la visite qu’a effectuée le wali sur les lieux le 18juillet 2018 et celui-ci était accompagné d’une forte délégation à la quelle s’est vu joindre la presse et les autres médias .» Les élus du R.C.D s’y sont rendus inopinément sur les lieux le jour même de ce deal et l’ont interpelé sur une aussi hasardeuse et scabreuse opération , comme nous l’avons signalé dans notre déclaration .»

Pour en savoir plus sur les inquietudes que nourrissent les élus du R.C.D vis-à-vis de l’opération , ces derniers étaient unanimes à dire :« Loin de ce maire l’idée d’une intercommunalité dont nous revendiquons la mise en place dans l’intérêt de notre population tout comme le conseil consultatif que nous avons inscrit comme l’une de nos priorités qui a été travesti par ce maire en y faisant un comité de soutien et de propagrande malsaine au lieu et place d’une structure de réflexion et de débat pour un meilleur essor de la commune.»

Se sentant interpellé par le débat qu’a suscité la déclaration du R.C.D d’El-Kseur , il nous fut moralement imposé d’aller au fond de la question d’hygiène , de la gestion des déchets ménagers et à la création de la décharge d’Ihammamen . Pour cela , nous nous sommes adressés à Mr.Djamel Kacemi plusieurs fois élu et qui fut vice président chargé de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire durant la mandature 2007-2012 sous la conduite du maire d’obédience R.C.D , Mr. Abdelouhab Lounis et Mr. Kacemi de se confier documents à la main : « C’est durant notre mandature 2007-2012 que cette décharge qui devait être contrôlée a vu le jour . L’ancienne était implantée sur la berge du lit de la Soummam au lieu dit ‘Sens unique ’ le long des fermes d’agrumes et d’autres plantations fruitières et surtout non loin des deux forages qui alimentaient toute la population d’El-Kseur d’eau potable et qui puisent d’une importante nappe phréatique s’y trouvant . Nous nous rendimes compte des dégats longtemps occasionnés par cette décharge que ça soit sur les fermes , l’air , l’oued et surtout la nappe phréatique et les conséquences sur nos citoyens les M.T.H ( maladies à transmission hydrique) , les maladies respiratoires et allergiques et une vraie menace de foyer épidémique surtout qu’à la périphérie subsistent quelques ilots villageois .Nos inquiétudes et nos démarches eurent enfin échos auprés de Mr. le wali d’alors qui n’était autre que Mr.Bedrici , c’était en 2010 .Lors d’une émission spéciale de la radio Sommame sur l’environnement , il y avait l’A.P.C qui était représentée par ma personne et le représentant de la direction de l’environnement . Ce dernier a alors assuré de l’inscription officielle des trois décharges intercommunales contrôlées : Sidi Boudrahem (Béjaïa ) , Ihemmamen à El-Kseur et celle de Sidi-Aïch . En 2012 , la direction de l’environnement a lancé un avis d’appel d’offre nationale pour la réalisation de ces dernières.En ce qui concerne celle d’El-Kseur , l’entreprise retenue a entamé les travaux en 2013 .

«Nous sommes en 2018» soit 5 ans après et le projet est encore non-achevé . Notre espoir était de voir les gens en charge de la commune courir pour trouver des solutions intelligentes , adéquates et efficientes aux problèmes d’hygiène et de santé publique au lieu de les aggraver . La réalité c’est que cette décharge s’étend sur une superficie approximative de sept (07) hectars . La surface actuelle est de 4 à 5 hectars répartis sur 9 casiers . Le casier , si l’opération venait à être mise en application se verrait débordé en un mois . Donc logiquement , au bout de neuf mois , nous serons carrément sous des montagnes d’immondices , situation dramatique pour les El-Kseurois . Nous irons automatiquement vers l’incinération d’où tous les dangers . Et notre déclaration va dans ce sens . C’est un appel à la vigilance et un avertissement avant l’irréparable. Ce n’est ni du populisme , ni de l’opposition aveugle , ce maire par contre est aveuglé par ses ambitions personnelles au détriment du bien être et de la santé de nos concitoyens. » tonne-t-il rageusement .

Après les éclaircissements obtenus , nous nous rendîmes au point de départ . Un café populaire où le groupe, cette fois-ci encore plus élargi nous attendait. Nous engageames donc de nouveau la discussion . Un jeune à l’apparence désabusée se présentant sous les initiales B.Y , étudiant de son état nous déclara :«Il nous a miroité un tas de choses puis il installe ses amis au conseil consultatif . Je les connais tous , aucune compétence ! Et maintenant il nous promet une décharge à la californienne . Quoique je n’y comprends rien à une telle décharge mais ça me donne un air me rappelant celui de Djamel Ouled Abbés quand il parle de transfert et prestations sociales les comparant à celles de la Suéde. » Avant de céder la parole à un autre jeune qui fulmina : « Pendant la période des Arouches , ils nous a utilisé comme chaire à canon , maintenant il nous vend carrément au pouvoir. » Un autre El-Kseurois lui rompit la parole s’écriant : « C’est Zerhouni et en direct à la télévision qui l’a nommé représentant des Arrouches . On a tous compris maintenant . Ce maire se comporte comme un Shérif . Il n’y a qu’à voir ce qu’il a fait avec les habitants du village agricole qui appartient à la commune de Fenaïa . Heureusement que l’édile de cette derniére l’a bien remis à sa place .»

Rappelons que cette dernière phrase se réfère à une frasque dont s’était rendu coupable le maire d’El kseur osant se permettre d’aller à la rencontre de la population du village agricole relevant de la commune de Fenaia pour soit disant régler leurs problèmes omettant lois, compétence et bienséance . Un geste qui lui valu les foudres de l’édile de Fenaia et dont ameslay a fait écho .

La déclaration du R.C.D a engagé un vrai débat , en plus du problème politique dans une région réputée pour être bastion des luttes démocratiques , les questions de la bonne gouvernance , de la santé publique et de la gestion des déchets ménagers . Les C.E.T , l’incinération et les décharges sauvages sont loins d’être les solutions idoines . Un investissement sérieux est une nécéssité dans le ramassage , le tri séléctif , la récupération et la transformation dans l’intérêt économique, énergétique, écologique et sanitaire du pays . Et c’est ce que nous a révélé l’opinion public à El-Kseur .

Kamel Aïdli

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :