Projet de Cevital bloqué: « un acte de sabotage », affirme Ali Benflis  

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

« Un acte de sabotage! » C’est ainsi que qualifie le parti de Ali Benflis, Talaie El Hourriyet, le blocage du prometteur projet d’usine de trituration des graines oléagineuses que le groupe Cevital envisage d’implanter à Bejaia.

Dans un communiqué rendu public, ce samedi 18 août, le bureau politique ce part estime que cette affaire renseigne clairement sur le degré de politisation de l’acte économique. « Le Bureau politique a évoqué, à cet égard, les entraves à l’investissement à l’instar du blocage du projet de l’entreprise Cevital à Bejaia qui illustre le degré de politisation de l’acte économique et la gestion antiéconomique de l’acte d’investir », condamnent les responsables de cette formation.

Dans la foulée, Talaie El Hourriyet dénonce également « le comportement scandaleux des donneurs d’ordre occultes et de l’administration, dans cette affaire ». « (…) cela constitue, tout à la fois, un flagrant déni de droit, une décision arbitraire, un acte de sabotage économique, une violation du principe  constitutionnel de la liberté d’investissement et de commerce et de l’obligation de l’Etat d’encourager l’épanouissement des entreprises, sans discrimination », lit-on dans le même document.

Ce faisant, le bureau politique de Talaie El Hourriyet rappelle que « malheureusement, le degré  d’allégeance au pouvoir en place est devenu un des principaux critères qu’un projet d’investissement bénéficie de l’accompagnement de l’Administration ».

« Dépolitiser l’acte économique »

 Poursuivant, le parti qualifie cette « démarche d’antiéconomique qui porte préjudice à l’économie nationale qui ne peut être gérée par le fait du prince. «Le bureau politique considère, à cet effet, que l’acte économique doit être dépolitisé », ajoute la même source. Revenant sur la situation économique, le parti de Ali Benflis tacle violement le gouvernement qui « s’entête à rejeter toutes les propositions visant à redresser la situation ».

« Le gouvernement continue d’ignorer les mises en garde des experts nationaux et des institutions internationales sur la fragilité de l’économie nationale et les perspectives inquiétantes pour les trois prochaines années. Il a renvoyé à plus tard les réformes structurelles indispensables pour une solution durable à la crise économique, pour des raisons politiciennes mais également de crainte de heurter des intérêts économiques de puissants lobbies dont les fortunes colossales se sont constituées à l’abri de l’économie de rente et qui, aujourd’hui, sont partie prenante à la décision économique », souligne ce parti.

Massinissa Ikhlef 

 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :