Accouchement de Mme Hasbellaoui à Paris: De quoi j’me mêle ? Bis      

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Hier, l’idée de faire un rapprochement entre le ministre de la Santé et le gamin Yacine âgé de 11 mois, m’est complètement sortie de la tête alors que c’était l’objet même de ma chronique. En effet pendant que Yacine agonisait il y a cinq jours, sur un lit de l’hôpital Parney, Hasbalaoui fêtait un heureux événement sur les champs Elysés. Yacine est mort à cause d’un respirateur artificiel qui manquait à l’hosto. Un appareil dont le coût ne dépasse pas les 100 Dollars ! Une somme qui le ministre a du laisser en pourboire au concierge de sa suite parisienne. La suite demeure telle quelle.

Je ne comprends absolument pas la réaction de beaucoup de nos citoyens contre le fait que le ministre de la santé ait emmené sa dame accoucher à l’hôpital Cochin. D’abord je croyais que notre wazir n’était plus en âge de faire procréer, ensuite, je me dis que quand quelqu’un a de l’argent, il peut enfanter quand il veut et là où il veut : dans un parking, sur le siège arrière d’une voiture, dans la cave de parents récalcitrants, dans les vestiaires d’un terrain de sport ou dans les toilettes d’un hôpital pour être plus près du lieu de délivrance.

Le Ministre de la Santé comme tout autre citoyen, est libre d’aller où bon lui semble. C’est cela la liberté de circulation. Elle est garantie par la Constitution algérienne mille fois remodelée au gré des arrivants au trône. Pour information, le ministre a même le droit d’épouser une chrétienne dans une église à Londres ou à Tombouctou pendant que sa femme accouche dans un hôpital parisien.

Ce n’est donc qu’un effet de jalousie envers le douctour Hasbellaoui. Oui, il a tous les droits comme tout Algérien lequel n’a malheureusement pas les moyens de les satisfaire.

Le ministre de la Santé a le droit d’appeler les flics pour réprimer une manifestation de résidents. Il a le droit de bloquer l’importation de certains médicaments pourtant vitaux pour un tranche de malades. Il a le droit d’avoir tous les droits. Même celui de laisser des citoyennes algériennes donner vie parterre, à même le sol, dans le plus grand hôpital d’Afrique : Mustapha Pacha…         Fait constaté de visu.

 

  1. Kassi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :