APN : manœuvres des députés FLN pour destituer Saïd Bouhadja

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’Assemblée populaire nationale (APN) vit, ces derniers jours, au rythme de manœuvres, d’intrigue et de lutte d’intérêt. Des députés du FLN ont lancé, depuis jeudi dernier, une opération de collecte des signatures pour destituer le président de la chambre basse du parlement, Saïd Bouhadja.

Sur instigation du secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbas, les parlementaires de l’ex-parti unique tentent même de constituer un front avec les députés du RND, du TAJ, du MPA et des indépendants, pour contraindre Bouhadja à démissionner.

Ce dernier risque de payer chèrement sa décision de limoger le secrétaire générale de l’Assemblée. A-t-il touché à des intérêts des puissants de l’APN ? Depuis mercredi dernier, rappelons-le, le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbas, a réuni, en maitre des intrigues, les députés de son parti pour parler du sort de Saïd Bouhadja.

Officiellement, le patron du FLN n’a pas assumé cette conspiration. « Bouhadja a une affaire avec les députés, pas avec moi », lance-t-il dans une déclaration au journal arabophone El Khabar.

Les faits confirment le contraire. Jeudi dernier, les adversaires de Saïd Bouhadja réaffirment leur intention de destituer l’actuel président de l’APN. « Les groupes parlementaires pro-pouvoir à l‘APN, en l’occurrence le FLN, le RND, TAJ, MPA et les indépendants, se sont rencontrés hier et ont décidé d’arrêter toute collaboration avec le troisième homme de l’État », expliquent certaines sources.

Selon les auteurs de cette intrigue, « il fallait agir maintenant », car, « la gestion de Bouhadja à la tête de cette institution est catastrophique ».

« Les milieux de la corruption »

Mahdjoub Bedda, ministre chargé des Relations avec le Parlement s’est impliqué aussi dans cette entreprise, en se plaignant du « manque de collaboration du président de l’APN ». S’exprimant sur cette affaire, le député du RCD, Atmane Mazouz donne un autre son de cloche concernant cette affaire.

« Les milieux corrompus et les forces soumises veulent la tête de Bouhedja, président de l’Assemblée, longtemps victime de pressions multiples. Allons-nous vers l’exacerbation de la crise institutionnelle à différents niveaux?», s’interroge-t-il.

Ce vendredi, face aux, folles rumeurs évoquant sa démission, Saïd Bouhadja, réagi. Il affirme « qu’il n’a pas démissionnée ». « Je n’ai pas compris pourquoi on parle au sein d’un groupe de ma démission. La démission obéit à des procédures légales, pas à des procédures illégales, sans aucun rapport avec les lois de la République », lance-t-il.

Poursuivant, il assure « qu’il est prêt de quitter son poste si la procédure de sa destitution respectait la loi. « La partie qui m’a désigné à ce poste. L’état d’ébullition au sein du Parlement et au sein du FLN a une dimension politique », ajoute-t-il.

Massinissa Ikhlef

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :