Attendu depuis plusieurs années : le film « Ben M’hidi » censuré par le ministère des Moudjahidine  

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le film réalisé par le réalisateur Bachir Derraïs sur Larbi Ben M’hidi n’arrivera pas sitôt dans les salles de cinéma. Achevé dans la difficulté, le long métrage bute sur le « veto » du ministre des Moudjahidine.

C’est ce qu’annoncé le réalisateur sur page Facebook. « Effectivement le film est interdit officiellement. Mais je vous demande d’être indulgents, laissant le temps de contacter mes partenaires, mes avocats afin d’analyser cette interdiction », écrit  Bachir Derrais sur sa page Facebook, en publiant la photo du courrier reçu de la part du département géré par Tayeb Zitouni.

Le réalisateur ajoute encore : « Je ne serai ni fossoyeur de l’histoire ni un cinéaste du pouvoir ni un contrebandier de la révolution. J’ai l’obligation de faire un film honnête propre loin de toute propagande et glorification gratuite et habituelle …et je m’en fou si ça dérange certains ».

Selon certaines sources, le ministère des Moudjahidine a adressé une lettre le 30 août dernier au réalisateur Bachir Derraïs et à la Sarl « Films de la Source », les informant de « certaines réserves relatives à la première version de ce long métrage ».

Le film serait interdit de la projection dans sa version actuelle « parce que des scènes de conflit entre le défunt Larbi Ben M’hidi et des Moudjahidine avaient été introduites ». Il s’agirait, entre autres, « d’une scène impliquant l’ancien Président Ahmed Ben Bella et une autre impliquant Djamel Abdel Nasser d’Egypte ».

Le ministère des Moudjahiddine juge que le « film historique » ne doit pas comporter ce genre de scènes « car ce n’est pas un film politique ». Il a à rappeler que le film sur Krim Belkacem avait aussi connu ce genre de problème. Le réalisation avait été obligé d’élaguer le scénario de plusieurs scènes et de n’aborder que l’époque de la révolution.

Massinissa Ikhlef 

 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :