Mohamed Kamel-Eddine Maizia expose à Ezzou’Art: L’art du papier plié

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Depuis le ler septembre, jusqu’au 20 du même mois, la galerie Ezzou‘Art nous invite à une exposition pleine d’originalité.

Le jeune homme qui y expose est un artiste qui s’adonne à une forme d’art originaire d’Asie : l’origami ou l’art du pliage de papier.

Cet art populaire né en Chine au VIe siècle, aurait été apporté au Japon par des moines bouddhistes. Aujourd’hui, plusieurs origamistes, à travers le monde, ont réussi à se démarquer par des créations parfois démesurées. C’est le cas, par exemple, de Mademoiselle Maurice, connue pour ses œuvres monumentales créées à partir d’origamis.

Autodidacte, Mohamed Kamel-Eddine Maizia a découvert l’origami en 2007, en regardant la série américaine « Prison Break » où le personnage principal, Michael Scofield, détenu dans une prison de haute sécurité, réussissait à faisait passer ses messages dans des origamis.

Pour l’enfant de 12 ans, c’est la naissance d’une passion. Curieux, doué et patient, il parvient, au fil des années, à percer tous les secrets du pliage de papier pour réaliser avec beaucoup de dextérité des figures pleines de finesse et de délicatesse. Son imagination débordante lui fournit un champ large d’expression et de création.

Aujourd’hui, étudiant en deuxième année master à l’Ecole nationale supérieure de statistiques et économies appliquées (ENSSEA), Mohamed Kamel Eddine Maizia continue à améliorer sa technique et s’offre même le luxe de créer ses propres origamis, tandis que beaucoup se contentent de reproduire ce qui a été fait par d’autres.

Sa toute première « aventure » en tant qu’origamiste a eu lieu en 2012, où au cours d’une compétition inter-lycées avec son lycée à Ain Benian il a pu dévoiler une facette de son art. Depuis, le jeune origamiste algérien a le vent en poupe, exposant en 2016 à Tlemcen et à Blida dans l’ancienne maison «Dar el Bey», ainsi qu’en 2018 au Bastion 23. A cela viennent s’ajouter de nombreuses expositions dans des clubs scientifiques et universitaires, comme lors du Summer school à l’USTHB ou encore lors de l’événement « SOS talent 2017 » organisé par l’école HEC.

Hors de nos frontières, Mohamed Kamel Eddine Maizia a, suite à l’invitation d’une professeure chinoise, Li Jian, exposé en Chine. Il y sera vivement encouragé par le public chinois, très sensible à son travail et à son talent. Egalement auréolé par la presse locale, il sera surnommé «le jeune homme aux doigts agiles ».

Le 11 février dernier, lors de la journée du nouvel an chinois, il avait réalisé un origami en forme de coq, spécialement pour l’année du coq en Chine, ce qui avait été fortement apprécié par l’assistance présente à cette démonstration.

Kahina A.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :