17 octobre 1961 : Emmanuel Macron parle de « répression violente de manifestants algériens »

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le président français, Emmanuel Macron exprime sa position sur les événements du 17 octobre 1961 et la répression féroce des manifestants algériens à Paris, la capitale française. Le chef de l’Etat de l’ancienne puissance coloniale fait, en effet, nouvel geste en vue de la reconnaissance de tous les crimes coloniaux commis contre le peuple algérien, notamment durant la période de la révolution (1954-1962).

Il vient de reconnaître, effectivement, la répression des manifestants algériens lors des événements du 17 octobre 1961 à Paris (France). « Le 17 octobre 1961 fut le jour d’une répression violente de manifestants algériens », écrit-il dans un Tweet publié sur sa page officielle, aujourd’hui.

« La République doit regarder en face ce passé récent et encore brûlant. C’est la condition d’un avenir apaisé avec l’Algérie et avec nos compatriotes d’origine algérienne », ajoute-t-il. Ce n’est pas la première fois qu’Emmanuel Macron s’exprime sur des faits liés à la période coloniale en les condamnant.

Il y a quelques semaines, rappelons-le, il a reconnu la responsabilité de l’Etat français dans la disparition du mathématicien et militant de la cause algérienne, Maurice Audin, enlevé, torturé et tué par l’armée coloniale 1957. Le corps de Maurice Audin n’est toujours pas retrouvé.

Lorsqu’il était candidat à la présidentielle en France, Emmanuel Macron avait, rappelons-le, fait le déplacement à Alger où il avait qualifie « le colonialisme de crime contre l’humanité ».

Massinissa Ikhlef 

 

 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :