Assassinat de Jamal Khashoggi : Le Bédouinisme plus fort que le Trumpisme

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

L’un est propriétaire d’une chevelure plaquée or, l’autre détient en or massif des milliers de puits de pétrole. Qui des deux allait vaincre ? Ni l’un ni l’autre car c’est la seule manière de ne pas se déculotter. « Le monde a besoin de l’Arabie saoudite pour lutter contre le terrorisme » dixit Donald Trump. Comme si ce n’est pas Riyad qui a propagé le terrorisme islamiste. Comme si Oussama Benladen était suédois ou jamaïcain.

Avant de décapiter et de découper en morceaux Jamal, Mohamed Ben Selmane, a offert le permis de conduire et les salles de cinéma à la femme saoudienne. Dans les stades de football cette dernière pouvait même ôter son foulard pour mettre en exergue ces kilos de maquillage. Malheureusement un Arabe restera toujours un Arabe au sens exacte donné par l’illuminé Ibn Khaldoun. Un Arabe, plus est, doublé de bédouin qui mange avec ses doigts, à même le sol même dans un Boeing de 8ème génération. Tout cela au 21ème siècle. A l’heure de la bombe à neutron et des Smartphones intelligents.
En face, le PDG mondial de l’immobilier et de la gendarmerie, a juré sa fidélité sans faille aux sionistes et aux assassins du Yémen. La mort de Jamal intervient malencontreusement comme un invité indésirable à l’heure d’un dîner galant et intime. Un journaliste qui nourrissait une seule envie du moment : épouser une stambouliote.
Jeter la pierre aux Saoudiens est légitime. Tout comme il est légitime de se rappeler que le 18 octobre 1970, il y a 48 ans jour pour jour, l’un des héros de la Révolution algérienne, Krim Belakacem a été étranglé à Frankfurt par ses paires après que lui-même ait assisté à l’assassinat de Abane Ramdane… !

M. Kassi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :