Logement social, 33% d’Algériens seulement paient leurs loyers

Le taux de recouvrement des loyers des logements sociaux par les Offices de promotion et de gestion immobilière (OPGI) ne dépasse pas les 33% à l’échelle nationale, ce qui explique les difficultés financières rencontrées par plusieurs Offices, a révélé le ministre de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, jeudi dernier, à Alger.

Le ministre a ajouté que le taux de recouvrement des loyers des logements sociaux à l’échelle nationale est faible en dépit du prix de location oscillant entre 1500 Da et 2800 Da.

Cette formule, subventionnée et profitable aux familles à faible revenu, semble profiter à tout le monde.

Le responsable a annoncé que son secteur allait prendre des mesures concernant le problème du recouvrement des loyers, à l’instar de l’amélioration du fonctionnement des services chargés du recouvrement des loyers, et l’ouverture de nouvelles agences notamment dans les nouvelles cités.

Temmar a fait savoir qu’il sera procédé également à la révision des heures de travail des services chargés du recouvrement des loyers pour permettre aux locataires de s’acquitter de leurs loyers aux heures qui leur conviennent notamment durant les vacances et les après-midi, insistant sur l’intensification des visites périodiques par les services des OPGI au niveau des cités et agglomérations.

Le ministre répondait à une question d’un élu lors d’une séance de questions orales au Conseil de la Nation.

Une note adressée le 2 août 2017 aux DG des OPGI indiquait que le taux du recouvrement des loyers des OPGI, n’a pas dépassé 24,05% du montant total, au premier semestre 2017.

Dans cette note il est demandé aux OPGI de cibler des cas récalcitrants en nombre réduit pour sévir à travers éventuellement une expulsion pour montrer un exemple de fermeté. Le recours aux administrateurs de biens, un professionnel immobilier, pour faire payer les locataires dans les délais, peut constituer une alternative pour booster le recouvrement des loyers de ces logements publics.

En attendant, l’Etat qui continue à enregistrer cette défection des locataires en matière d’obligations légales et financières envers les OPGI constitue un manque à gagner important du fait que les logements sociaux sont construits sur les fonds publics.

Ramdane Yacine

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :