Rêve d’un eldorado

Le pouvoir en ce moment se préoccupe de son maintien, coûte que coûte. Sa survie est sa première priorité. Le Bendir est déjà chauffé pour le 5eme mandat. La mise en scène est prètepour les acteurs visibles et invisibles. Les «  lièvres » s’échauffent dans les loges. Ils attendent le coup de sifflet  indiquant le signal du départ de la course.

A l’assemblée nationale autre étage du pourvoir, c’est la première scène d’un autre feuilleton qui s’ouvre ayant pour titre : La démission ou le limogeage du Président de celle-ci. Ce feuilleton va déboucher selon certains sites d’information sur une série dramatique  de télé à la Turque. Au niveau de l’exécutif, la presse électronique cite même le nom du futur remplaçant de Ahmed Ouyahia. Cette information est partagée par les réseaux sociaux.

Pendant que ce scénario se répète à tous les étages des sphères du pouvoir, des groupes de jeunes qui désespèrent de ce climat de mal vie,  préparent leur «  harga » pour aller vers un ailleurs de rêve mais inconnu. Cet ailleurs dont l’itinéraire est semé d’embûches et de risques énormes pour leur  vie. Pour réaliser ce rêve incertain, une somme d’argent importante , sonnante et trébuchante dans la poche doit être économisée déjà et mise de côté. Il leur faut aussi trouver un « fil sûr » pour arriver au lieu d’embarquement pour une traversée grosse de tous les périls. Certains ont essayé l’enfer libyen, d’autres la Turquie pour prendre les chemins de traverse pour  atteindre la Grèce. Il y a ceux qui atterrissent en Serbie pour rejoindre les passages pour entrer en Europe. Cette Europe qui ne veut ou qui ne peut recevoir toute la misère du monde. Elle fait face à une extrême droite raciste et xénophobe, qui veut pousser les gouvernements à renier leur politique humaniste d’asile et de solidarité. Mais rien à faire les jeunes en mal de joie de vivre chez eux prennent tous les risques. Leurs loisirs se limitent à aller dans un bar pour « tuer » le temps. D’autres remplissent les mosquées pour s’y réfugier.

Un citoyen au fait de ce « bizness » très lucratif pour tous les prédateurs qui tournent autour  nous raconte une histoire récente d’un groupe qui a pris le risque de « brûler » la mer pour arriver en Europe . «  Ce groupe a choisi le chemin via le Maroc.  A son arrivée au Maroc , il prend le chemin, direction la frontière de Ceuta, cette enclave espagnole en territoire marocain. Là, le groupe attendra leur passeur. Ce dernier n’a pas tardé à arriver avec des gilets de sauvetage comme seul viatique pour ses clients. Une barque avec deux moteurs ZODIAC et des jerricans remplis de gaz oil, une barque est cachée derrière un buisson à côté d’une petite plage à l’abrisdes regards. Direction l’Espagne, tout le monde embarque. Au milieu de la mer, ils enregistrent une vidéo, comme si pour «  immortaliser » leur mort si jamais elle advienne. A l’approche des côtes espagnoles, un coup de sifflet strident et des éclats de joie annoncent leur arrivée sains et saufs. De l’Espagne, ils appellent leur famille en France leur indiquer le moyen le plus sûr et court pour arriver rapidement et sûrement sur le sol français, l’eldorado rêvé. A partir de là, une autre histoire va commencer. »

A. HAMADI

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :