Vacance de la présidence de l’APN annoncé, Mohcine Belabbas dénonce un coup d’État

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Comme attendu, le bureau de l’APN a annoncé , à l’issue de sa réunion cet après midi , la vacance du poste du président. Il a , en conséquence, appelé à une plénière extraordinaire.

Sans être grand expert en matières juridiques, tout citoyen déduira de lui même que cette décision est hors la loi. Les conditions de la vacance de la présidence de l’APN sont clairement définies par la loi : décès du président, sa démission ou son incapacité physique ou mentale à continuer son mandat. Or Said Bouhadja n’est ni mort, ni démissionnaire, ni souffrant. Et même si une de ces conditions est remplie, l’état de vacance doit être prononcé par le Conseil constitutionnel après étude de cas et de délibération souveraine.

La démarche des députés de l’allégeance est, dans toutes ses démentions, un coup d’Etat dans toute sa plénitude. Un coup d’Etat vigoureusement condamné par Mohcine Belabbas, président du RCD et député de l’opposition. « S’il venait à être toléré, voire validé, ce renversement du président de l’Assemblée nationale de façon illégale par des individus hors la loi et sans aucune autorité, marquera une nouvelle étape de la dérive autoritaire des clans dominant à l’intérieur du système. Aucun citoyen ne peut accepter une telle dérive et aucune raison ne peut justifier un tel acte parce qu’un coup d’État est un coup d’État », dit -il dans un message publié sur sa page Facebook.

abondant dans le même sens, Athmane Mazouz, président de l’instance parlementaire du RCD écrit :  » « Nous sommes face à un véritable #putsch guidé par des clans habitués aux coups d’État. Cette action ayant pour instruments des partis de l’allégeance porte atteinte à la légalité d’une institution républicaine et marque une sérieuse escalade dans la lutte entre les différentes factions du sérail. Les dirigeants algériens viennent, encore une fois, de se rendre coupables d’une action illégale qui ne fera qu’aggraver l’instabilité institutionnelle qui expose tout un pays au chaos. Au RCD, comme c’est le sentiment de nombreux algériens, nous désapprouvons cette manière de faire et condamnons cette énième atteinte aux institutions aux allures de coups d’État dont les auteurs doivent payer un jour »

Moussa T

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :