23èmeSila : Cycle cinématographique « Costa Gavras »

En marge du 23ème Salon international du livre d’Alger, un cycle cinématographique consacré à l’une des grandes figures du 7ème art mondial, Costa Gavras, est prévu à la salle Ibn Zeydoun de l’Office Riadh El Feth, à partir d’aujourd’hui à 18h.

Baptisé « Les gros plans du Sila », ce cycle qui se veut un hommage au grand réalisateur s’ouvrira avec l’un de ses films les plus récents, en l’occurrence « Le couperet », sorti en 2005.

A mi-chemin entre le drame et le thriller, ce long métrage campé par José Garcia et Karine Viard raconte l’histoire de « Bruno Davert est un cadre très supérieur dans une usine de papier. S’étant fait licencier avec quelques centaines de ses collègues pour cause de délocalisation, il est prêt à tout pour retrouver un poste à son niveau, même à tuer ses concurrents ».

Mardi 6 novembre à 18h et vendredi 9 novembre à 15h, retour sur ses anciennes réalisations avec son œuvre-phare « Z », sortie en 1969 et interprétée par une belle brochette d’acteurs dont Jean-Louis Trintignant, Irene Papas, Yves Montand et Jacques Perrin.

Drame politique, « Z » se déroule dans les années 1960 dans un pays méditerranéen. « Un député progressiste est assassiné. Le juge d’instruction s’occupant de l’enquête met en évidence, dans ce crime, la participation de l’armée et de la police ».

A la faveur de ce cycle, le public cinéphile algérois aura le loisir de voir ou de revoir une troisième œuvre cinématographique signée par le réalisateur français d’origine grecque. « Etats de siège », réalisé en 1972 est un film qui s’inspire de « l’histoire de l’enlèvement par les Tupamaros de Dan Mitrione, agent du FBI sous couverture de l’AID ».

Pour rappel, Costa Gavras, a été décoré samedi dernier par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, de la médaille de l’Ordre du mérite national « Athir », en hommage à son parcours et ce, à l’occasion du 64ème anniversaire du déclenchement de la Guerre de libération nationale.

La veille, le réalisateur, dont le film « Z », récipiendaire de l’Oscar du meilleur film étranger en 1969, a été remporté au nom de l’Algérie,a animé une conférence dans laquelle il est revenu sur son riche parcours cinématographique, il en a également profité pour remercier l’Algérie qui l’a « aidé dans la réalisation de ses films » à l’image de « Z » et d’autres œuvres.

Kahina A.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :