Ça s’en va et ça revient : PSEUDO ENIGME POUR OULD MACHIN TRUC

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Ould Abbas le soldat Chvéïk version d’un parti FLN plus moribond qu’à sa mort clinique en 1962 est-il vraiment parti de son propre gré ? A t-il fait une fugue pour rejoindre sa camarade de biseautage berlinois Angela qui, à son grand désespoir a annoncé qu’elle ne se présentait pas à un cinquième mandat ? A-t-il été éjecté comme un malpropre pour services rendus incomplets ?

Sera-t-il utilisé comme Ouyahia au dernier mandat pour mener la campagne de Bouteflika ? Ou alors a-t-il fait les frais de l’escarmouche ayant opposé Tayeb Louh au premier Ministre ? La raison médicale n’aurait fait aucun commentaire dans un pays où les gouvernés font confiance à leurs gouvernants. Malheureusement chez nous, l’infidélité et les tromperies de ces derniers nous avaient amené vers la fin des années 1970 jusqu’à croire que, comme pour Elvis Presley, Houari Boumediene était toujours vivant.

C’est dire l’état de confiance qui a existé et qui continue d’exister entre le haut et le bas. Comment croire en ces gens lorsqu’un responsable du FLN déclare ce matin sur les ondes d’une chaîne privée que le départ d’Ould Abbas est une bonne chose pour son parti ; car dit-il, le Secrétaire général était devenu trop encombrant et causait plus de mal que de bien à son parti !

Pourquoi ce FLéniste n’avait-il pas fait une telle déclaration lors de la prise d’assaut de l’APN par son parti ? Où est Ould Abbas ? Dans quel hôpital ? Pourquoi n’y a-t-il pas de déclaration officielle de son organisation qu’il semblait pourtant mener à la baguette ?

Toutes ces interrogations sont encore à classer aux archives d’un des partis les plus scabreux du continent après ceux de l’Afrique sous-zoulou. Hacha le FLN d’avant 1962. Quoi que…

M. Kassi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :