Dernière création du TR Tizi Ouzou : « Juba II » en tournée à partir de demain

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La nouvelle production du Théâtre Régional « Kateb Yacine » de Tizi Ouzou sera à partir de demain, lundi, en tournée à travers trois villes du pays, en l’occurrence Mostaganem (le 26 novembre), Saïda (le 27 novembre) et l’Opéra d’Alger « Boualem Bessaih » (le 29 novembre).

Produite par le Théâtre Régional de Tizi Ouzou avec le soutien de la Fondation pour la promotion et le développement des arts et des lettres (FDAL), cette pièce théâtrale écrite et mise en scène par Lyes Mokrab retrace le parcours de ce roi berbère, époux de Cléopâtre Séléné qui, du temps de son règne, se démarqua par son grand attrait pour les arts et la culture.Amoureux des lettres et de la science et « conscient de l’importance d’instruire son peuple, il décida de bâtir une ville avec des théâtres et des bibliothèques ».

Considéré par ses pairs comme un grand érudit et un homme de lettres de haut rang, Juba II s’est intéressé à plusieurs domaines comme le théâtre, la poésie, la peinture, la philologie, la botanique, l’histoire…etc

Ne se contentant pas seulement de lire, il écrit aussi nombre d’ouvrages qui parviendront à la postérité de manière fragmentée. On en retiendra notamment ces titres consacrés à l’Histoire de Rome, des Assyriens ou des Arabica. Les réalités africaines seront aussi au centre de deux ouvrages de référence pour l’époque, en l’occurrence celui sur les Libyca et un autre sur les Errances d’Hannon, célèbre explorateur carthaginois qui vécut entre les VIème et VIIème siècles avant J.-C.

Pour Pline l’Ancien « la réputation de savant de Juba II est encore plus mémorable que son règne » tandis que Plutarque voit en lui« un très grand historien grec ».

A travers cette œuvre historique, le metteur en scène espère apporter sa contribution à la découverte de quelques facettes méconnues de la personnalité de ce grand roi berbère.

Plusieurs comédiens chevronnés de la scène théâtrale en langue amazighe auront pour mission de porter sur leurs épaules cette œuvre chargée d’histoire notamment Malek  Fellag (Juba II), Djedjiga Mekhmoukhen (Cléopâtre Séléné), Nordine Krim (Ptolémée), Salima Alek (Octavia)…etc

Concernant l’équipe technique, Lyes Mokrab s’est également entouré de quelques perfectionnistes, à l’image de Lakhdar Mansouri (conseiller artistique), Rabah Boucetta (conseiller historique), Lounes Belalia (assistant metteur en scène), Abdallah Kabiri (scénographe), Adel Ouahab (réalisateur des décors), Djamel Kaloun (musique) et Mohamed Ziad Tafer (chorégraphie).

A noter que le metteur en scène Lyes Mokrab n’en est pas à sa première réalisation. Il compte dans son escarcelle plusieurs œuvres en tant que comédien auteur et metteur en scène parmi lesquelles on peut citer « Takbaylit » du regretté Mohya, « Mandole en justice », « Takna ou la rivale », « Aferkus », « La poudre de l’intelligence », « Le Foehn », …etc

Kahina A.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :