Issad Rebrab et Ali Haddad : la bataille à billets tirés !

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Dans le silence de la finance, deux hommes d’affaires se livrent une bataille acharnée de positionnement économique. L’un a bien huilé et sucré les plats Algériens et l’autre, jusqu’à preuve du contraire, a mal goudronné presque toutes les routes Algériennes. L’un s’appelle Issad Rebrab et l’autre Ali Haddad.

Issad Rebrab séduit la France avec son usine de fabrication de stations de production d’eau ultra pure, unique au monde et avec une technologie de pointe , estampée pure Cevital. Avec ce joyau, il crée 1000 emplois dans une région française qui crie chômage, et soulage autant que peu un gouvernement en proie à un profond mécontentement populaire. En Algérie, Issad Rebrab se bat, autant que sa force de pression le peut, pour installer son usine de trituration des graines oléagineuses à Béjaïa et extirper des milliers de jeunes des affres d’un chômage qui les pousse jusqu’à monter des vagues mortifères à la recherche d’un horizon clément.

De son coté, Ali Haddad continue de séduire les tenants du pouvoir et les détenteurs des clés du trésor public, avec son soutien franc à un cinquième mandat pour un président à bout de souffle. Un soutien qui ouvre le sésame à davantage de lignes de marchés publics.

Et le choc ne risque pas de s’estomper entre celui qui mise sur la rentabilité et l’autre qui mise sur la rente. Pour poursuivre la bataille, le fabriquant d’huiles semble bien goudronner les voies d’investissement à l’international, et celui qui met de l’asphalte semble bien huiler la machine des rentes.

Moussa T

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :