Le limogeage de Djamel Ould Abbas est le début d’une grande battue.

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Djamel Ould Abbas, le secrétaire général qui disait qu’il serait présent jusqu’à  2034, n’est plus là. Officiellement, on a dit qu’il a démissionné de son poste pour raison de santé. Dans l’intimité de chacun des Algériens, on sait qu’il est démis.

Mais que s’est-il réellement passé pour que l’homme saute de la cabine de commandement du navire, qui devrait mener le projet du cinquième mandat à bon port, et se noyer  ? Qui a décidé  que l’homme, ayant reçu, la matinée, une délégation de réconciliation malienne avec une mine de quelqu’un qui peut aider les jeunes de Tkout qui taillent la pierre pour se permettre un bout de pain noir, devienne un tas humain incapable de donner des consignes partisanes ?

Le système politique  a toujours appelé ses éléments usés  à d’autres fonctions ou à jeter la boite de cireur pour cause de santé. Ould Abbas n’a pas fait exception à cette règle. Des sources disent que son éjection est programmée dans les fabriques du système, depuis un temps. Son départ serait même le début d’une grande manœuvre.

D’autres têtes seraient aussi sur le fil. Sous peu, Ahmed Ouyahia, chef du gouvernement, pourrait laisser quelques poils de sa moustache au boulevard Dr Saadane, murmure – t -on ici et là. Des rumeurs persistantes parlent même d’une possible dissolution de l’APN, dans les jours  venir,  pour permettre de repousser la présidentielle.

Quand on connait assez le mode opératoire du sérail, on sait , forcément, que la sortie belliqueuse de Tayeb Louh à l’encontre de son chef de gouvernement n’est pas un coup de gueule isolé. Ni une sortie publique mal cadrée. Pour preuve, et face à l’information de prétendues excuses présentées à Ahmed Ouyahia, le ministre de la justice, l’intime du cercle présidentiel, ne s’est pas embarrassé pour enfoncer , encore plus, le broche, en qualifiant l’info de grosse manœuvre immorale. Pour les observateurs politiques, Tayeb Louh a, en réalité, sonné le début d’une grande battue.

Pour le moment, on tente de jouer casino fermé.  Mais la machine carbure à plein régime qu’il est difficile, pour ses opérateurs,  d’étouffer certains bruits.

Moussa T

 

 

 

 

………………………

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :