le RCD : Bouteflika fait des concessions aux puissances étrangères à la veille de sa reconduction

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le Secrétariat national du RCD s’est réuni en session mensuelle ordinaire, le 02 novembre 2018, à Alger pour évaluer les activités du parti et la situation politique générale à la lumière des derniers développements sur la scène nationale.

Dans son analyse des dernières activités du parti, le secrétariat national du RCD les a considérés comme  un résultat naturel  des choix forts validés par le dernier congrès pour arrimer davantage les luttes du RCD et l’ intervention de ses cadres et militants  dans les segments essentiels de la société, la jeunesse, les femmes et le monde du travail.

« Les jeunes progressistes, les parlementaires progressistes, les élus locaux progressistes, dont les structures sont installées, et les femmes progressistes qui tiendront leurs assises constitutives le 24 novembre 2018 doivent être le lieu pour porter notre message et élargir les rangs en faveur du combat pour le développement et le progrès. », lit-on encore dans le communiqué du secrétariat national, rendu public à la fin de sa session.

Faisant le bilan de Bouteflika, tout au long de ses 20 années de règne, le RCD n’est pas allé d’une main en coton.  » La défiance de l’autorité de l’État, l’émeute et la destruction de tous les corps de médiation sont les marques de l’ère Bouteflika depuis longtemps. Les abus et les dérives institutionnelles symbolisés par l’instrumentalisation éhontée de la justice dans les règlements de compte et le piétinement de la légalité constitutionnelle dans le fonctionnement de l’APN ont accéléré le délitement des institutions et ont inscrit l’Algérie dans le cercle très fermé des régimes absolutistes. », assènent les auteurs du communiqué avant d’alerter l’opinion que « l’instrumentalisation de la justice et des services de sécurité dans les luttes de clans à l’intérieur du système prend ces derniers temps des proportions inquiétantes. ».

Abordant l’arrestation de six officiers de l’ANP accusés d’« enrichissement illicite» et de «trafic d’influence» et leur placement en détention provisoire depuis trois semaines, suivie de la mise en détention de citoyens dont l’artiste Kamel Bouakaz, de l’ex footballeur Fodil Dob et de trois journalistes, le RCD relève , à juste titre d’ailleurs, que « le viol de la présomption d’innocence, de la dignité humaine et du secret de l’instruction dans cette dernière affaire a fini par venir à bout du peu de crédit qui restait à cette institution. »

Scrutant les derniers contrats signés par Sonatrach avec une firme Américaine, le RCD a  jeté un vrai pavé dans la marre. Les auteurs du communiqué affirment que  « la signature cette semaine de deux contrats d’investissement de gré à gré en vente directe d’une valeur totale de 100 millions d’euros entre la compagnie nationale des hydrocarbures et Air Products (Etats Unis) est faite au détriment d’une offre d’un groupe Allemand, leader Mondial dans les gaz industriels, beaucoup moins onéreuse (62 millions d’euros) et qui, de plus, propose un partenariat dans le respect de la règle 49/51%. ».

Le Secrétariat national du RCD souligne que ces concessions aux puissances étrangères s’amplifient à la veille de la reconduction de l’actuel chef de l’État pour un cinquième mandat en violation de la souveraineté populaire.

Le RCD conclut que , pour sortir le pays de cette impasse actuelle et permettre la relance de l’espoir d’une transition démocratique, la mobilisation collective des forces patriotiques est plus qu’impérative.

Moussa T

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :