[ HOMMAGE ] Lucienne Brousse : la sœur blanche enterrée avec une robe Kabyle

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La Sœur Blanche, Lucienne Brousse, amie de la Kabylie et de l’Algérie, s’est éteinte  à l’âge de 88 ans. Par sa volonté, elle a rejoint sa dernière demeure en robe Kabyle.

Si Soeur Lucienne Brousse a l’amour du Kabyle dans ses veines, c’est pas par hasard. La native de la terre rouge du  Tarn-et-Garonne rejoint en 1953 les montagnes Kabyles où elle se donna corps et âme  à l’enseignement des montagnardes, aux soins des paysans. Et c’est là, qu’elle a appris le Kabyle, ses rites, ses traditions, ses proverbes et ses poèmes.  « je suis tombée amoureuse… des gens, du pays, des montagnes », dit-elle un jour sur les colonnes de la Croix.

A l’indépendance, elle a préféré rester en Algérie. Dès 1965, elle a commencé l’apprentissage de l’arabe. Sur une proposition de son évêque, Mgr Henri Teissier, elle a fréquenté l’université d’Alger, en civil ; et alignera licence, maîtrise, puis études approfondies en France.

En 1971, elle participe à la fondation du centre diocésain des Glycines, où elle enseigne l’arabe avec sa méthode à base de dialogues, dite « Kamal ». Elle sera aussi professeur titulaire de l’éducation nationale au centre culturel français, jusqu’à sa fermeture en 1994.

Lorsque la décennie noire a sonné ses cloches, Lucienne Brousse préféra rester partager le malheur des Algériens. « quand vous êtes ainsi intégrée dans un pays qui vous a adoptée, vous ne l’abandonnez pas pour vous mettre à l’abri ! » , disait-elle.

L’un de ses grands travaux livresques est  : Lewcam, Beauté et identité féminine, les tatouages féminins berbères, régions de Biskra et de Touggourt, 108 p., Éd. Dar Kehttab, Algérie.

Moussa T

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :