Mohcine Belabbas : « Nous assistons à un étalage de luttes d’influence entre dirigeants sans légitimité et sans envergure »

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le président du rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Mohcine Belabbas tire à boulet rouge sur les tenants du pouvoir qui s’affairent, selon lui, à perpétuer les pratiques du système consistant à désigner le président en dehors du suffrage universel.

« A moins de cinq mois des élections présidentielles, aucune lueur n’est venue éclaircir le brouillard qui assombri le devenir immédiat de notre pays. A défaut de débat sur les conditions d’organisation de cette élection, sur des visions d’avenir pour rompre avec l’échec et l’autoritarisme, sur des projets et propositions de sortie de crise, nous assistons un étalage public des luttes d’influence entre dirigeants sans légitimité et sans envergure », déclare-t-il, à l’ouverture, aujourd’hui à Alger, du congrès des femmes progressistes du RCD.

Selon lui, l’objectif visé à travers cette manœuvre est « de faire perdurer la culture politique ancrée chez les hommes du système qui fait que le chef de l’Etat doit être choisi en amont du scrutin et non pas légitimé par le sacre du suffrage universel pour donner au pays un exécutif fort ». Ce faisant, il appelle à la vigilance et à la participation de tous les algériens dans les mobilisations et les luttes pacifiques pour les libertés publiques et syndicales afin de renforcer les segments d’émancipation et de progrès.

«Notre pays est aujourd’hui dans une phase critique. Le système politique qui a usurpé l’indépendance nationale a saigné le pays de ses richesses naturelles et de ses ressources humaines. Ces vingt dernières années ont été particulièrement effroyables, elles ont accentué la fuite des cadres, des étudiants algériens et des jeunes entamée dans les années 90 par la horde terroriste », déplore-t-il.

Et d’ajouter : « Ces deux décennies ont vu aussi une extraction effrénée de nos ressources naturelles, en premier lieu des hydrocarbures qui sous prétexte de financer le développement ont, en grande partie, servi au maintien des équilibres politiques dans le système par la corruption et l’achat des consciences mais aussi à monnayer une forme de légitimité aux yeux des grandes puissances. Ce constat ruineux complique toute sortie de crise ».

« La mobilisation des femmes est condition pour le changement »

Poursuivant, Mohcine Belabbas affirme que son parti ne se limite pas seulement au constat. « Nos alertes quant aux dérives et fausses solutions conçues dans les laboratoires du système pour écarter le peuple algérien de la décision ont à chaque moment été accompagnées de propositions et à diverses périodes d’actions. Je ne dis pas cela pour prendre acte mais pour affirmer haut et fort que des solutions existent et que la perte d’espoir est précisément l’objectif poursuivi par le pouvoir pour promouvoir le binôme morbide du statu quo ou le chaos », ajoute-t-il, dénonçant, au passage, « les atteintes aux libertés et la violation des lois qui consacrent aujourd’hui l’arbitraire ».

Saluant l’engagement des femmes militantes du RCD et rappelant les idéaux du parti qui a cassé tous les tabous concernant l’engagement pour l’émancipation des femmes et la consécration de l’égalité entre les deux sexes, le leader du RCD précise encore:

« La remobilisation des femmes dans le combat politique est une condition pour le changement. Leur implication a de tous temps été décisive. Leur résistance durant les années de terreurs terroriste avait permis de relancer l’espoir et de hâter la victoire. Je suis convaincu qu’aujourd’hui aussi leur apport sera décisif pour faire sortir le pays de la crise qui s’est abattu sur le pays et qui s’aggrave de jour en jour à cause de l’entêtement des clans du pouvoir dont les luttes sont désormais sur la place publique à sauver le système au détriment de l’Algérie ».

Massinissa Ikhlef 

 

 

 

 

 

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :