REFERENDUM : LA NOUVELLE CALÉDONIE RESTE FRANÇAISE

La Nouvelle Calédonie où vivent plusieurs descendants de familles d’origine algérienne déportées à la suite de l’insurrection de 1871 vient de voter à 56,4% pour rester dans le cadre de la république française, ce qui représente une avance d’environ 20000 voix sur les indépendantistes dans un référendum marqué par une participation de 80%.

A noter que les descendants algériens appartiennent à la communauté caldoche composée aussi de colons d’origine européenne avec lesquels ils partagent des avantages substantiels par rapport aux autochtones kanaks.

Les disparités communautaires qui se sont réduites ces dernières années restent cependant marquées, ce qui a donné un vote indépendantiste plus élevé que ce que prévoyaient les sondages.

La province dispose déjà d’un parlement et d’un gouvernement local bénéficiant de larges prérogatives qui intègre les domaines domestiques à l’exception des secteurs régaliens.

Prévu depuis 30 ans à la suite des accords signés par le gouvernement de Michel Rocard et les indépendantistes suite au tragiques évènements d’Ouvéa, le référendum s’est déroulé dans la calme.

Les partisans du non à l’indépendance sont restés discrets mais après la proclamation des résultats des incidents ont été enregistrés dans les environs de Nouméa au cours desquels les contestataires ont exprimé leur dépit en incendiant des pneus et en organisant des opérations escargot qui ont isolé la principale ville du pays. Le point où se sont produits ces débordements est connu pour être un site d’activistes ce qui ne préjuge pas nécessairement d’une extension des troubles.

Deux autres référendums sont prévus d’ici 2022. 

Akli Rahmoune.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :