Réseau routier à Bouira : 45 milliards  » engloutis » et des carences

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La commission chargée d’évaluer le secteur des Travaux publics de l’Assemblée populaire de wilaya (APW) juge l’état des routes de Bouira de « bâclé ». En effet, dans un document remis à la presse, les membres de cette commission décrivent les routes de la wilaya de catastrophiques : « A travers les sorties effectuées, un seul constat saute aux yeux : Bouira possède un réseau routier catastrophique qui nous pousse à nous interroger sur sa gestion et les sommes faramineuse injectées depuis 2005 ».

Effectivement, en voyant le budget du secteur des travaux, on ce demande comment on est arrivé à cette situation, sachant que ce secteur a fait évaporer dans ces deux dernière décennies plus de 45 milliards de dinars ? Pour ces élus, les raisons de cette dégradation enregistrée sont claires, « le non-respect des normes de réalisation et le manque d’entretien des routes », ont-ils mentionné dans leur dit rapport. Mais les membres de cette commission ne se sont pas arrêtés là, car pour eux c’est aussi le manque de suivi des projets et surtout le manque d’expérience des entreprises réalisatrices, « Lors de l’obtention des marchés, la qualification des entreprises joue un grand rôle dans le choix final. Il est évident qu’une entreprise de catégorie 5 a plus de chance de décrocher un contrat que celle classée en catégorie 1 ou 2 », ont-ils souligné. Pour ces élus le réseau routier est en majorité impraticable. Pour ce montrer plus convaincants, ils ont commencé par donné l’exemple de la daïra de Lakhdaria, située à environ 40Km au nord-ouest du chef-lieu. Selon eux la majorité des routes de cette daïra sont soit dégradées, soit impraticables. Selon leur dit rapport, 50% des routes de cette daïra doivent être impérativement rénovées. Pour mieux traduire la gravité de la situation, les membres de cette commission s’appuient sur l’expérience vécue par les agents de livraison de NAFTAL : « Pour acheminer les bonbonnes de gaz butane aux citoyens qui ne sont pas encore raccordés au gaz naturel, les services de NAFTAL et de la DEM de Bouira éprouvent les pires difficultés à accéder aux villages et hameaux de Lakhdaria, tant l’état des routes y est infernal en certains endroits ».

Selon les élus chargés d’évaluer le secteur des travaux publics, l’état des routes est catastrophique dans la  plupart des daïras de la wilaya. Effectivement, dans les communes du sud de la wilaya, en particulier à El Maamoura, Ridane, Dechmia et même  Sour El-Ghozlane, les membres de cette commission ont souligné que ces routes se trouvent dans « un piteux état ».

Selon la même source cet état s’étend malheureusement jusqu’aux communes de l’est notamment M’Chedallah, Aghbalou, Ahnif et Chorfa.

Contrairement  aux chiffres  communiqués par les élus APW, les services de la Direction des Travaux public (DTP) de Bouira avance des chiffres beaucoup plus positifs. D’après cette direction,  le réseau routier de Bouira est l’un des meilleurs du pays ! Les chiffres avancés indiquent que 78% sont « excellentes à moyennes » et seulement 22%, sont jugées « mauvaises ».

SAIDANI Kassi

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :