ZIARI VEUT REMPLACER BOUTEFLIKA : est ce la question ?

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Monsieur Ziari vient de déclarer qu’Ahmed Ouyahia est le meilleur homme pour remplacer Abdelaziz Bouteflika. Cela peut être vrai. Si tant est que la solution pour le malheur algérien est de continuer le « travail » de l’actuel chef de l’Etat. Mais est ce vraiment ainsi que se posent les problèmes de l’Algérie ?
C’est à travers ce genre d’annonces que l’on mesure le niveau de régression politique du pays. Monsieur Ziari qui a largement profité du règne de Bouteflka peut dire qu’il réservera sa voix a celui en qui il voit le meilleur agent de la prolongation ou la pérennité du système en vigueur depuis 1962. Mais à quel titre se donne-t-il le droit de désigner par anticipation le successeur du malade d’El Mouradia ?
La vente aux enchères du pays ne choque plus.
Personne ou si peu de monde ne semble proposer un scénario où le peuple algérien pourrait librement décider de son sort pour arrêter la descente aux enfers. Élire un chef de l’État sur la base d’un programme, d’un parcours ou de la constance de ses convictions et la cohérence de ses positions n’est pas l’ordre du jour médiatique algérien.
On a d’ailleurs déjà réchauffé le dossier islamiste pour dissuader toute virtualité de sortie du système de la fraude dont Monsieur Ouyahia a fait son miel, lui qui a réussi l’exploit de « créer » un parti et remporter deux mois plus tard une majorité absolue à toutes les élections qui ont suivi. Le reste est connu. Aggravation de la crise morale et politique, dégradation de l’image du pays, désastre économique et paupérisation générale. Autant de turbulences qui n’ont jamais atteint monsieur Ziari et sa famille.

Akli Rahmoune

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :