9e FICA : « L’autre côté de l’espoir » et « I am not your negro » primés

Clap et fin pour le 9èmeFestival international du cinéma d’Alger (FICA). Au terme d’une dizaine de jours de projections filmiques et documentaires de très haute facture pour certains, la manifestation a pris fin ce dimanche, en auréolant deux films qui ont fait l’unanimité parmi les jurés et le public, en l’occurrence le film documentaire « I an not your negro » (Je ne suis pas votre nègre) du Haïtien Raoul Peck et le long métrage de fiction du Finlandais Aki Kaurismaki.

Dédié au film engagé, le festival a primé deux films qui racontent, pour le premier, les luttes pour les droits civiques des Afro-américains, menées par des défenseurs des droits des noirs tels que Martin Luther King, Malcom X ou Medgar Evers et, pour le second, la vie des réfugiés en Finlande « par le prisme du parcours d’un réfugié syrien, survivant d’un bombardement à Alep, qui demande l’asile dans ce pays après avoir été séparé de sa sœur en Hongrie ».

Les jurys, présidés par le cinéaste sénégalais Ousmane William Mbaye (jury film documentaire) et Nabil Boudraa (jury fictions) ont également décerné le prix spécial du jury à « Mélancolie ouvrière », signé par le réalisateur français Gérard Mordillat qui a choisi de revenir dans ce long métrage de fiction sur le parcours de la militante Lucie Baud, figure marquante du mouvement syndicaliste dans le milieu des femmes ouvrières françaises à la fin du XIXe siècle.

Le Prix du jury est, par ailleurs, revenu au documentaire « Free man », de la Suissesse Anne Frédérique Widman, tandis que la mention spéciale a été attribuée par ce même jury au film allemand « True Warrior », réalisé par Ronja Von Wurmb-Seibel et Niklas Schenck.

Dans la catégorie long-métrage de fiction, le public n’ayant pas pu départager les deux films « Wadjib » de la Palestinienne Anne marie Jacir et « La voix des anges » de l’Algérien Kamel Laïche a décidé de récompenser les deux productions. Le publica aussi primé les documentaires « Libre » du Français Michel Tosca et « Les enfants du hasard » coréalisé par les cinéastes belges Thierry Michel et Pascal Colson.

A noter que la « Médaille Ghandi » du Conseil international du cinéma, de la télévision et de la communication audiovisuelle (CICT), un établissement de l’Unesco, partenaire du festival, est revenue à « Les enfants du hasard », un film documentaire symbolisant selon la représentante du Conseil « les valeurs défendues par l’Unesco et l’importance de l’éducation ».

Enfin, le FICA a choisi, cette année, de rendre hommage au cinéaste tchadien Mahamat Saleh Haroun pour « son parcours exemplaire de cinéaste engagé ».

Kahina A.

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :