Béjaïa : Les étudiants se dotent d’un collectif pour la défense de l’emploi et des investissements

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

Le front social, mobilisé ces jours-ci pour une Béjaïa meilleure, vient d’être renforcée par une nouvelle structure : Le collectif des étudiants pour la défense de l’emploi et des investissements économiques.

Ce nouveau né qui a désigné Ouali Makhmoukh comme porte parole officiel,  a vu le jour, hier dimanche, à l’issue d’une réunion qui a regroupé des étudiants, responsables de nombreuses associations et clubs scientifiques de l’Université A/mira de Béjaia au campus Targa Ouzemour.  A peine mis sur pied, le collectif pond une déclaration incendiaire à l’adresse du pouvoir et appelle les milliers d’étudiants à le rejoindre pour « créer un rapport de force favorable pour lever les blocages » dont est victime le secteur des investissements à Béjaïa.

Décrivant sommairement l’état des investissements dans la wilaya de Béjaïa, le nouveau collectif juge la situation de très inquiétante. « La pénétrante Béjaia-Beni-Mansour tarde pour être livrée. Les projets du CHU, le dédoublement de la voie ferrée, le complexe pétrochimique, le stade, le téléphérique, le tramway,…. sont gelés. Aucun projet de logements en vue », lit-on dans une déclaration rendue publique à l’issue de la réunion de Targa Ouzemmour. 

Le constat amer ne s’arrête pas en si bon chemin. « L’état de saturation et de délabrement de nos routes et leurs fermetures régulières font que les entreprises les plus téméraires qui ont accepté de s’installer dans notre wilaya, en dépit des multiples blocages qu’elles subissent, souffrent le martyre pour acheminer leurs marchandises malgré l’atout considérable dont elles bénéficient eu égard à leur proximité avec le port de Béjaïa. Cette situation favorise les délocalisations des entreprises et n’encourage pas du tout les opérateurs économiques à investir dans notre wilaya », assènent encore les rédacteurs de la déclaration.

Par ailleurs, le collectif des étudiants pour la défense de l’emploi et des investissements économiques n’a pas raté l’occasion pour aborder le dossier qui préoccupe présentement tout le microcosme bougiotte , en l’occurrence Cevital. « Non satisfait de bloquer les projets qui émanent de l’administration, le pouvoir décide de bloquer les projets d’investissements privés. C’est le cas du projet de l’usine de trituration de graine oléagineuse de Cevital à Béjaia, créateur de 1000 emplois directs et 100 000 indirects bloqué depuis mars 2017. Une décision ne reposant sur aucune disposition légale ni réglementaire », note le collectif des étudiants dont la salve n’a pas raté le Conseil National des Investissements dont les résolutions du 30 Novembre ont été jugées « intolérables ».

Moussa T

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :