Bouira : le Conseil Régional du RCD constate la répartition non équitable des projets

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

La deuxième session du Conseil Régional du RCD s’est tenue, aujourd’hui, au  niveau de la maison de la culture Ali Zamoum de la ville de Bouira. A l’ordre du jour étaient inscrits la présentation des rapports des commissions, des conseils communaux et du Bureau Régional.

En ouverture de la rencontre, Kaci Yahiaoui, président du BR a souligné « l’élargissement de la base militante du Parti ainsi que son extension géographique vers le sud de la wilaya » depuis la tenue de la première session. Il a également mis en exergue « les atouts de la wilaya de Bouira avantagée par la nature en termes de terres fertiles » malheureusement ravagée par le béton et « les paysages multiples favorables au tourisme. »

En outre, dans son rapport présenté par Akliouche Smail, la commission des politiques publiques a constaté l’échec des politiques publiques de développement. « La population vit un marasme conséquent à une situation alarmante voire catastrophique » est-il rapporté dans le rapport. « En termes d’hygiène et de santé, la réapparition des maladies qu’on croyait éradiquées et/ou disparues, tel que le choléra,  est le signe d’une mauvaise gestion et non d’une question de moyens » précisent les membres de la dite commission du conseil régional du RCD Bouira.

Par ailleurs, et s’agissant de la répartition des PSD (Projets Sectoriels de Développement) et du budget par l’APW, il a été relevé une répartition non équitable sur les 45 communes que compte la wilaya de Bouira. « Les deux APC RCD (Aghbalou et At Mansour) ont été classées 44 et 45éme, c’est-à-dire les dernières. » Même « la distribution de céréales opérée ces derniers jours est loin d’avoir favorisé les deux assemblées gérées par une majorité RCD » souligne lors des débats Attou Belkacem, président du conseil communal d’Aghbalou.  

Les infrastructures de la jeunesse et des sports n’ont pas été en reste puisque la même commission a relevé « le peu d’animation et de leur fréquentation par les jeunes. »

L’investissement est bloqué à Bouira « à cause d’une non gestion du foncier industriel et des zones d’activités » ont écrit les membres de la commission politique.

En outre, le conseil régional a dénoncé le blocage des passeports de certains jeunes pour « appartenance politique. »

                                                                           Slimane Chabane

Get real time updates directly on you device, subscribe now.

%d blogueurs aiment cette page :