Cinémathèque : La nomination de Salim Aggar provoque l’ire des professionnels du cinéma

Le ministère de la culture a nommé dernièrement Salim Aggar, critique de cinéma chez l’Expression sous le pseudonyme de Amira Soltane et membre la commission nationale de visionnage de films, à la tête de la cinémathèque en remplacement de Lyes Semiane. Cette promotion n’est pas du gout des hommes et femmes du 7ème art Algérien qui la qualifient « d’écran noir » dans une déclaration-pétition au vitriol.

A peine sa nomination connue, des réalisateurs, des acteurs, des techniciens et même des écrivains, à l’instar de Kamel Daoud, sont montés au créneau pour dire leur malaise, voire leur colère, de voir celui « qui assume ces actes de censeurs en tant que tels, et qui les revendique comme acte d’héroïsme patriotique » à la tête d’un « cinéma algérien [qui] a besoin plus que jamais d’un peu plus de lumière».

Le texte qui accompagne la pétition largement signée et qui revendique clairement l’annulation de cette nomination, est d’une violence inouïe, à la mesure de l’ire qu’elle a provoquée.

« [ Salim Aggar ]… a fait de son métier de « critique » une couverture pour mener des campagnes de lynchage violentes et réactionnaires contre des cinéastes. Il a fait de la diffamation et de la calomnie son sacerdoce. Il a piétiné l’éthique et la déontologie pour faire de la délation infamante son seul savoir-faire . Membre d’une mystérieuse commission de visionnage, et sans pouvoir particulier, il a fièrement censuré des films et il assume ces actes de censeurs en tant que tels, il les revendique comme acte d’héroïsme patriotique », disent les pétitionnaires qui considèrent cette nomination comme « une récompense à la diffamation. Une prime à la calomnie. Un nouveau permis au lynchage et à l’abus de pouvoir ».

Pour les signataires de la pétition,« La cinémathèque a besoin d’une énergie nouvelle qui rassemble les divergences, les propos, les audaces, les différences, les singularités, les talents impétueux… ».

Moussa T

 

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :