Comment peut-on mépriser la « vie » ? : La revue féminine El Hayat ne veut pas mourir

Pour ceux qui ne connaissent pas la revue féminine et féministe, comme moi, sachez qu’elle existe depuis 1983 ! Un groupe de nanas que j’ai eu à connaître lors de mon cursus s’est battu pour la dorloter et la confectionner. Jusqu’à ce jour, elle est pratiquement inconnue. Quand une amie m’en a parlé accidentellement sur les réseaux, j’ai eu presque la larme à l’œil.

Je ne veux pas jouer au féministe au bord de la pré-retraite, je veux juste crier mon indignation, sachant que des milliards sont dépensés pour réparer des routes impraticables parce qu’il faut bien justifier le budget de fin d’année et des locaux attribués dans le cadre de l’ANSEJ, à des jeunes qui gagnent plus en vendant de la drogue.

Le Ministre de la Culture est plus apte à offrir un burnous et peut-être même un dromadaire au premier venu, plutôt que d’aider à l’élaboration d’une revue féminine qui ne parle pas de cuisine et qui ne traite pas les hommes de machos.

Il est vrai qu’il est plus facile de détourner des milliards que de créer une œuvre éducative comme El Hayat qui n’est pas plus qu’un appel à la vie et qui coûte beaucoup moins cher qu’un kilo de pomme de terre…

M.Kassi

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

%d blogueurs aiment cette page :